eBay parviendra-t-il à enrayer son déclin ? Des résultats inquiétants, qui se prolongeraient en 2009

Au quatrième trimestre 2008, les bénéfices d'eBay ont chuté de 31 %, à 367 millions de dollars (284 millions d'euros), contre 531 millions de dollars (411 millions d'euros) un an avant. Sur la même période, le chiffre d'affaires de la plate-forme de e-commerce a reculé de 6,7 %, n'atteignant plus que 2,04 milliards de dollars (1,58 milliard d'euros), en deçà des 2,12 milliards de dollars attendus par les analystes. C'est donc la première fois depuis sa création, en 1995, que le chiffre d'affaires d'eBay est en baisse. Et moins de deux mois après la publication des résultats de sa société, le PDG John Donahoe indiquait à un parterre d'analystes qu'il prévoyait pour eBay des résultats inférieurs à ceux du marché en 2009.

Un chemin en grande partie tracé par l'audience de la plate-forme américaine d'eBay, en déclin de 9 % entre février 2008 et février 2009, qui frôle désormais les 50 millions de visiteurs uniques. En un an, les ventes des places de marché d'eBay - qui incluent eBay, Shopping.com, Kijiji et StubHub - ont en effet régressé de 15 % à 1,27 milliard de dollars (983 millions d'euros).

Les enchères ne représentent toutefois plus que 51 % de ces ventes, qui proviennent maintenant à 49 % de ventes à prix fixes. Ces dernières ont ainsi régulièrement progressé depuis l'arrivée en mars 2008 de John Donahoe au poste de PDG, qui a eu à cœur de réduire la dépendance d'eBay envers son activité d'enchères. La croissance s'y est effectivement considérablement effritée au profit des ventes à prix fixes et des activités n'appartenant pas au cœur de métier d'eBay, telles que PayPal.

Ce déclin n'est-il la conséquence que de la crise économique ? Certes, la chute de l'audience témoigne en partie de la demande moins importante de la part des consommateurs. Mais le diagnostic met bien plus probablement en cause la stratégie poursuivie par eBay ces dernières années.

Fondateur du premier site français d'enchères en ligne, Aucland.fr, désormais installé aux Etats-Unis à la tête du site de petites annonces gratuites OLX.com, Fabrice Grinda suit de très près l'activité de la plate-forme. Pour lui, l'affaiblissement d'eBay s'explique très simplement : "Pendant trop longtemps, pensant être un monopole, eBay n'a cessé d'augmenter ses tarifs de mise en vente, finissant par se couper de sa base de vendeurs. Cela a duré pendant des années et jusqu'au troisième trimestre 2008." Se reposant sur ses lauriers, eBay n'a pas réagi aux alternatives qui voyaient peu à peu le jour.