Piscine Center met les bouchées doubles en SEM Une stratégie long tail avec 12 300 mots-clés

 

Depuis un an, LSF Interactive a donc restructuré le compte Adwords de Piscine Center en l'adaptant au catalogue de produits référencés sur le site, 3 000 en tout. "Contrairement à la structure précédente qui valorisait uniquement les produits les plus importants, nous avons mis en ligne tout le catalogue produit du site et avons consacré une campagne par gamme de produits, ainsi qu'un Adgroup à un produit spécifique", précise Siham Karim. Le nombre de mots-clés est passé de 200 à 12 300. "Cela donne une visibilité plus fine des résultats par produits et nous permet une optimisation." Enfin, les annonces et URL de redirection ont été personnalisées pour plus de pertinence.

 

lsf interactive applique une stratégie long tail au dispositif de search engine
LSF Interactive applique une stratégie long tail au dispositif de search engine marketing de Piscine Center, prenant en compte chaque référence produit du catalogue. © Libre de droit

A partir de là, la position de Piscine Center dans les trois premiers résultats de recherche a été confortée grâce à l'amélioration du quality score et du CPC. Le niveau de quality score obtenu par Piscine Center pour ses campagnes de SEM sur Adwords est en effet passé de "OK", autrement dit "moyen", à "excellent". Quand au coût par clic (CPC), "il a baissé de 20 à 25 % en l'espace d'un an", souligne Siham Karim.

 

"Le budget SEM de Piscine Center atteint 500 000 euros, c'est-à-dire les deux tiers de notre budget de communication"

Côté budget alloué au search engine marketing (SEM), Eric Botton ne lésine pas sur les moyens : "nous y avons investi 100 000 euros en 2006, puis 250 000 euros en 2007 quant nous gérions les mots-clés en interne. En confiant la gestion du SEM à LSF Interactive, le budget a finalement été doublé : 500 000 euros." Soit les deux tiers du budget de communication global de Piscine Center pour 2008. Il faut dire que le secteur de la piscine s'est beaucoup développé en trois ans. Et si la stratégie SEM de Piscine Center s'appuie sur des mots nouveaux et peu onéreux, certains plus classiques sont plus chers, mais génèrent la majeure partie du trafic. "En deux ans, les prix ont doublé, fait remarquer le PDG. A titre d'exemple le terme 'Robot' est passé de 50 centimes à un euros aujourd'hui".

 

Le budget SEM de la société varoise reste saisonnier, comme son activité. 40 % de l'enveloppe annuelle est réparti entre fin avril et début août, avec un pic important en mai.

Autour du même sujet