Christine Lagarde a les opérateurs dans le collimateur


Bercy demande au Conseil de la concurrence d'étudier l'état concurrentiel du marché de télécoms après un cycle de plusieurs années de consolidation.

Comment fonctionne le secteur des télécommunications après la série de rachats qu'à connu le secteur ces dernières années ? C'est à cette question que Christine Lagarde a demandé à l'Autorité de la concurrence de répondre.

Selon "La Tribune", qui révèle cette saisine, la ministre de l'économie souhaite que le Conseil étudie "l'impact des multiples rachats qui ont "profondément modifié le secteur, en permettant l'apparition d'opérateurs intégrés sur l'ensemble de la chaîne de valeur, allant de l'acquisition de contenus à leur distribution au consommateur final". Une question qui selon la Tribune vise tout particulièrement Vivendi. Tout comme l'étude de la "convergence entre fixe, mobile et internet" qui "crée des phénomènes d'intégration verticale et un probable effet de levier des contenus sur les réseaux" viserait France Télécom.

Cette dernière question semble beaucoup préoccuper au gouvernement. Un peu plus tôt dans le mois de janvier, le Conseil de la concurrence avait déjà été saisi pour donner son avis sur les contenus distribués en exclusivité par les FAI. En particulier Orange.

L'opérateur développe en effet une stratégie de diffusion de chaînes de télévision en exclusivité sur son réseau avec notamment Orange Foot et le bouquet de chaînes Orange Cinéma. Une exclusivité qui déplait fortement à ses concurrents Free et Neuf Cegetel (SFR, Groupe Vivendi), qui reprochent à Orange de vouloir préempter le marché des contenus en abusant de ses moyens pour acquérir des exclusivités. Bref, en mariant abusivement le métier d'éditeur et de distributeur.

Annonces Google