Le melon charentais n'a de charentais que le nom

Hors saison, le melon charentais vient surtout du Sénégal. © Jackin - Fotolia

Le melon charentais est un faux ami. Jaune ou vert, il ne se cultive pas seulement en Charente. Car contrairement à celui de Cavaillon, il ne possède pas d'AOC. Certes les départements des Deux-Sèvres et de la Vienne en produisent annuellement 55 000 tonnes. Mais sur les étals, l'été,  ce melon est concurrencé par d'autres portant le même nom mais en provenance du Sud-ouest et du Sud-Est de la France sans que le consommateur n'en sache rien.

Au printemps et à l'automne, il est importé d'Espagne ou du Maroc. Ce dernier pays a d'ailleurs quadruplé sa surface de production en 5 ans, passée de 500 à 2 000 hectares, et doublé ses exportations vers la France, passées de 19 000 à 37 500 tonnes par an.

Suggestions de contenus