Le déficit foncier, une déduction sous certaines conditions

Les travaux entrent dans le calcul et ouvrent droit à une déduction. © Jpchret / 123rf.com
Lorsque la location d'un bien meublé coûte plus cher à un propriétaire qu'elle ne rapporte, des avantages fiscaux existent pour l'inciter à maintenir son logement en location. Une situation qui se produit généralement quand les charges d'entretien, de copropriété, les intérêts d'emprunts, les éventuels travaux et autres pèsent plus que les loyers perçus. Le déficit qui en découle est appelé "déficit foncier" et peut être déduit, en partie et sous certaines conditions, du revenu global.
Le plafond des déductions est fixé à 10 700 euros par an et par foyer fiscal, à condition que le bien soit encore loué la troisième année qui suit l'imputation du déficit foncier. Tout surplus peut être reporté sur les prochains revenus fonciers pendant dix ans.