Pierre Fleuriot (Crédit Suisse France) : "L'accès à l'éducation"

Pierre Fleuriot, PDG de Crédit suisse en France, Belgique et Luxembourg. © Crédit Suisse
JDN. Si vous deviez créer une entreprise, ce serait dans quel domaine ?
Pierre Fleuriot. J’éprouve une grande satisfaction au quotidien à pouvoir diriger Crédit Suisse pour la France, la Belgique et le Luxembourg : c’est une banque au service de ses clients, avec des talents exceptionnels.
J’ai eu également l’occasion il y a quelques années de pouvoir créer, bien modestement, ma propre entreprise de conseil, expérience que j’ai beaucoup aimée. Si je devais à nouveau goûter aux charmes de l’aventure entrepreneuriale, j’aimerais répliquer les "restos du cœur" dans le domaine de l’éducation, afin de mettre des enseignements gratuits à la disposition des personnes en situation d’exclusion. Les Etats-Unis ont créé les MOOC (Massive online open courses). Il faudrait s’inspirer de cet exemple pour donner accès à tous les jeunes en risque d’exclusion, avec un accès direct de chez eux ou à partir de sites dédiés, combinant le online et le offline.
Pourquoi ?
Un projet utopique, peut-être, mais il me semble répondre à un vrai besoin en France de lutte contre l’exclusion sociale : certes, les premiers besoins vitaux sont la nourriture et le logement, mais l’éducation vient juste après. Elle crée un lien social et un rapport d’utilité à la société.
Le feriez-vous en France ?
La France puise sa richesse dans son mélange de peuples. Le système éducatif joue un rôle essentiel de creuset d’unité nationale. Il faut créer des nouveaux modèles d’éducation, plus accessibles aux personnes en risque d’exclusion, et qui permettent de détecter et de promouvoir les talents de demain, qui sont peut-être les exclus d’aujourd’hui, pour en faire les nouveaux créateurs, véritables entrepreneurs et bâtisseurs d’avenir.
 
Suggestions de contenus