Carte : ces départements où il se crée le plus d'entreprises

Carte : ces départements où il se crée le plus d'entreprises Plus d'un demi-million de sociétés ont été créées en France en 2014. Un chiffre élevé qui doit beaucoup aux auto-entrepreneurs.

En 2014, le nombre de créations d'entreprises a atteint 550 733, soit une augmentation de 2% par rapport à 2013. Parmi les champions de l’entreprenariat, la région parisienne, à l'exception de Paris intra-muros, présente les taux de création d’entreprises les plus élevés. En Seine Saint-Denis, notamment, près d’une entreprise sur cinq (18,9%) a été créée en 2014. La Gironde est le seul département hors région parisienne du top 5 avec un taux de création d’entreprise de 17,1%. Sur les 10 meilleurs départements, seuls 4 ne sont pas situés autour de la capitale.

Les créations d'entreprises par département

Globalement, le nord du pays affiche des taux de création élevés : entre 13 et 14% de son vivier d’entreprises est né en 2014. Avec une mention particulière pour le département du Nord, qui présente un taux de 14,7%.

Parmi les "mauvais" élèves, le Cantal est dernier de la classe, ex-aequo avec la Martinique. Sur toutes les entreprises de ces départements, seules 8,8% ont été fondées l’an passé. Mais ce sont aussi les endroits de France où la part des auto-entreprises parmi les entreprises créées est la plus faible : 37,5% pour le Cantal et 31,7% pour la Martinique.

Des chiffres essentiels tant ce statut ne génère par définition que très peu d’emplois et booste artificiellement la création d'entreprise. Pour mieux comprendre l’état du tissu économique français, la prise en compte de la part de l’auto-entreprenariat dans les créations d’entreprises est indispensable.

Le poids de l'auto-entreprenariat dans les créations d'entreprises

Le Finistère et les Côtes d’Armor sont non seulement parmi les départements les moins dynamiques en termes de créations d’entreprises, avec à peine plus d’une entreprise sur 10 créées en 2014, mais aussi parmi les plus touchés par l’explosion de l’auto-entreprenariat, avec des parts respectives d’auto-entreprises parmi les entreprises créées de 57 et 59,3%. L’année dernière, près de deux tiers des entreprises créées sur la pointe bretonne étaient des auto-entreprises.

Le Sud est quant à lui encore plus touché par le phénomène avec un record national pour l’Ariège, où un peu plus d’une entreprise sur 6 créées en 2014 sont des auto-entreprises. Tous les départements voisins frôlent les 60%. Rares sont ceux qui, comme la Lozère (46,4%) n’approchent pas la barre des 50%.

Si les Yvelines peuvent se vanter d’un taux de création d’entreprise flatteur de 15,5%, près de 60% des nouvelles sociétés sont des auto-entreprises

Même la région parisienne n’est pas en reste. Si les Yvelines peuvent se vanter d’un taux de création d’entreprise plutôt flatteur de 15,5%, 58,4% des nouvelles firmes sont en réalité des auto-entreprises. A Paris intra-muros, en revanche, l’étonnante faiblesse du taux de création d’entreprises (12,3%) est compensée par la part relativement modeste d’auto-entreprises (45,5%).

La nature des entreprises créées en 2014 est au moins aussi importante que leur part parmi celles existantes. L’auto-entreprenariat, souvent peu durable et choisi comme une alternative au chômage ou comme une activité complémentaire, agit en trompe-l’œil. Ne pas générer beaucoup de nouvelles entreprises n’est également pas forcément synonyme de mollesse économique, mais peut aussi être la preuve d’une certaine stabilité, et donc d’une plus grande sécurité de l’économie locale.

Annonces Google