Diplômes, secteurs, indemnités... Le vrai visage du chômeur en France

Diplômes, secteurs, indemnités... Le vrai visage du chômeur en France A quoi ressemble le demandeur d'emploi moyen ? Réponse avec les chiffres de l'Unédic et une infographie.

Les sans-emploi ont beau être de plus en plus nombreux, il reste toujours particulièrement difficile d'en dessiner les traits tant la réalité du chômage est variée. L'Unédic, qui verse les indemnités aux demandeurs d'emploi, lève le voile sur ces actifs pas comme les autres.

La moitié des demandeurs d'emploi se sont inscrits après une fin de CDD ou de contrat d'intérim

Premier constat, le licenciement n'est pas la voie principale vers le chômage : il ne concerne qu'un tiers des personnes indemnisées, à fin décembre 2011. En revanche, la moitié d'entre elles se sont inscrites après une fin de CDD ou de contrat d'intérim, une proportion qui grimpe même aux trois quarts chez les moins de 25 ans. Si la rupture conventionnelle est une cause moins courante, elle n'est pas anecdotique : elle concerne 11,4% des chômeurs en France.

Dans les grandes lignes, le chômeur indemnisé est peu diplômé (55,2% n'ont pas le bac), a généralement cotisé plus de 2 ans avant de se retrouver au chômage (à 46,7%) et est affilié au régime général (intérimaires et intermittents comptent pour moins de 20%).

Le secteur de son précédent emploi concerne le plus souvent les activités de commerce, transport et hôtellerie (29%). Enfin, hommes et femmes sont représentés à égalité au sein de la population des allocataires.

Par ailleurs, côté indemnités, la moyenne s'élève à 1 055 euros par mois, soit 69% de leur salaire net de référence. Ce taux de remplacement est plus important chez les bas salaires (78% chez les smicards).

info 2
Les allocataires de l'assurance chômage en chiffres à fin décembre 2011. © Unédic

Annonces Google