Dire du mal de son dernier employeur

"Si vous saviez... Il avait vraiment une toute petite cervelle." © Racorn / 123rf.com
Peu importe que l'on soit parti en bons ou mauvais termes, "c'est absolument à bannir", avertit Isabelle Goulmot. "Certains candidats le font quand même, pensant qu'ils sont plus édulcorés dans leur propos et donc que ça passe, mais on sent toujours une certaine tension", ajoute la DRH d'Expertime. Cela ne signifie pas pour autant qu'il faille s'interdire d'aborder ses précédentes expériences professionnelles, ce qui serait d'autant plus suspect aux yeux du recruteur. "Surtout, il faut rester le plus factuel possible, sans être dans le jugement. Bref, contrôler ses émotions, ce qui n'est jamais bien facile."
Suggestions de contenus