Le manque de soutien

Mieux vaut éviter de montrer du doigt un collaborateur en public. © Feri Achiruli - 123RF
C'est évident, lorsque les choses vont mal, le manager peut et doit taper du poing sur la table pour remobiliser. Mais dans certains cas, il doit apporter son soutien à un collaborateur. Par exemple si un subordonné est en difficulté professionnelle ou a commis une boulette dont il n'est pas coutumier, il est recommandé de prendre sa défense devant le N+2.
Ainsi, le collaborateur se sentira soutenu, redevable et il n'en sera que plus appliqué par la suite. En revanche, un manager qui charge ses collaborateurs et qui ne supporte aucune erreur aura tendance à démobiliser et à casser la confiance mutuelle et l'esprit d'initiative.
Suggestions de contenus