Les entreprises de la Tech, laboratoires des nouveaux modes de travail ?

Fermez les yeux 10 secondes et essayez de visualiser à quoi ressemblent les bureaux de la Tech. Vous imaginez certainement des espaces de travail à la pointe, complètement abracadabrants.

Cependant, si  41% des travailleurs de ce secteur ont accès à des espaces alternatifs - coworking, télécentres, services, salles de brainstorming, ils ne sont pas plus en flex-office ou en open-space que la moyenne. Plus surprenant encore, 30% travaillent en bureaux individuels et 27% en bureaux partagés.

Mobilité 2.0

45% des salariés de la Tech ont accès à des espaces créatifs et 40% à des incubateurs. Ces espaces irrésistibles ont déjà séduit les salariés. Ils sont donc très mobiles : 40% de leur temps de travail est passé en dehors de leur poste - contre 34% en moyenne tous secteurs confondus. Libérés, ils deviennent aussi bien plus nomades à l’extérieur de leur entreprise. 67% font du télétravail, 63% travaillent chez leurs clients et 48% dans les transports et les hôtels. Le nomadisme, c’est le mot d’ordre d’IBM qui déclare travailler en mobilité depuis 15 ans ! C’est la dématérialisation et les bureaux satellites qui ont impulsé le travail nomade, mais pour le groupe, il ne s’agit pas simplement d’une question d’outils et d’aménagement de l’espace de travail. Les managers ont un rôle crucial à jouer et doivent accepter de ne plus avoir leurs équipes sous les yeux en permanence.

Les salariés de la Tech, des inconditionnels de leurs entreprises

Avec de tels espaces, il est clair que les acteurs de la Tech savent intégrer pleinement leurs salariés. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 95% sont satisfaits de leur environnement de travail et 92% se déclarent engagés. En bref, ils sont très attachés à leur entreprise : Ils ambitionnent d’y construire leur carrière (44%) et d’aligner leurs objectifs personnels avec ceux de l’organisation (42%). Ces résultats s’expliquent notamment par les efforts des entreprises pour proposer à leurs collaborateurs un cadre de travail idéal et de nombreux services. Chez Deezer, les bureaux font ainsi partie du package offert : jardin, salle de sport,  cours de boxe ou de yoga, lieux communautaires… tout y est ! Deezer incite ses salariés à être eux-mêmes animateurs des leurs espaces. Ils ont la possibilité d’organiser des jeux de rôles, des sessions de guitare, ou de mixer pendant la pause déjeuner.

De fortes attentes en matière d’innovation

Les acteurs de la Tech n’ont pas dit leur dernier mot ! Leurs salariés poussent encore plus loin le changement. 59% se disent prêts à travailler en espaces ouverts et 47% en activity based[1] voire en flex-office. Ils réclament de nouveaux ingrédients pour animer leur journée de travail : des innovations technologiques (40%) et une expérience digitale (28%). Ils ont envie de voir apparaitre un Chief Happiness Officer (41%), de l’émotion (26%) et des jeux (15%). BlaBlaCar vise juste et organise une fois par an une "coding night" : un grand hackathon interne. Pendant 24 heures, les salariés ont la possibilité de se dépasser sur des projets sortant de leur quotidien. Plus qu’un rituel amusant, c’est un vrai défi qui soude les équipes. L’expérience de travail chez BlaBlaCar se veut à l’opposé de journées routinières. Enfin, Les bureaux arborent fièrement un look inachevé pour permettre aux collaborateurs de se les approprier.

[1] Organisation de l’espace offrant aux salariés le choix du lieu de travail qui leur convient le mieux pour réaliser leurs différentes activités (réunions formelles ou informelles, brainstorming, tache demandant de la concentration…)

Sources : JLL - Etude "Human Experience : Quand les bureaux réconcilient la vie avec le travail". Perspective France. 2017.

Autour du même sujet

Les entreprises de la Tech, laboratoires des nouveaux modes de travail ?
Les entreprises de la Tech, laboratoires des nouveaux modes de travail ?

Cependant, si  41% des travailleurs de ce secteur ont accès à des espaces alternatifs - coworking, télécentres, services, salles de brainstorming , ils ne sont pas plus en flex-office ou en open-space que la moyenne. Plus surprenant encore, 30%...