Hertz demande à ses cadres une baisse de salaire par "solidarité"

Les cadres français du loueur de voitures américain ont reçu une proposition de la direction pour baisser leur salaire dans le cadre d'un "effort de solidarité" pour "préserver au maximum les emplois". L'information, révélée par Libération, a été confirmée par Hertz France. Concrètement, ils peuvent, sur la base du volontariat, accepter une diminution de leur salaire brut de 5 % pour les cadres et 7,5 % pour les cadres dirigeants, et pendant trois mois. Selon le délégué central CGT de l'entreprise, 67 % des personnes contactées - 150 selon cette même source - auraient accepté. "Celles qui ont dit oui l'ont fait par peur de représailles, celles qui ont dit non sont surtout en région, plus loin de la pression du siège", commente le syndicaliste.

Cette initiative fait suite à une décision de la direction américaine de baisser les salaires de tous les employés. Cette démarche, permise outre-Atlantique, ne l'est pas par le code du travail français. L'accord individuel du salarié est nécessaire. Ce recours au volontariat et à la solidarité avait déjà été utilisé par Renault : il s'agissait pour les cadres de renoncer à une partie de leurs congés pour financer le chômage partiel des ouvriers.

Donnez votre avis : Seriez-vous prêt à accepter une baisse de salaire pour sauver l'emploi ?

Annonces Google