Le CIF coûte trop cher, estime la Cour des comptes

La Cour des comptes tacle le Congé individuel de formation (Cif) dans son rapport 2009. Le Cif serait trop onéreux selon la juridiction en charge du contrôle des comptes de l'Etat. Ce congé a pourtant permis à près de 50.000 salariés de donner un coup de pouce à leur carrière en permettant la prise en charge de formations longues pendant lesquelles le salarié reste payé. La formation débouche le plus souvent sur un diplôme ou un titre reconnu. Un retour plutôt positif donc, mais gourmand. Le dispositif représente 12 % des sommes versées par les entreprises au titre de la formation professionnelle, pour un nombre restreint de bénéficiaires.

La Cour s'inquiète également de la bombe financière que représente un autre droit à formation, le Dif. Ce dernier se focalise sur des formations courtes et permet depuis 2004 à chaque salarié de cumuler 20 heures de formation par an pendant 6 ans. L'échéance arrive en 2010. Pour la Cour des comptes, "si tous les salariés du privé capitalisaient leurs heures pour ne les utiliser, comme ils en ont la possibilité, qu'au bout de six ans, la charge potentielle cumulée pour les entreprises atteindrait 77 milliards d'euros".  La Cour recommande donc de mutualiser les fonds de la formation afin de pallier les besoins du Dif avec les fonds actuellement consacrés au Cif, tout en recentrant les formations Dif vers les classes de salariés prioritaires (PME, les plus de 50 ans et les salariés sans diplôme).

Annonces Google