Ne passez pas à côté du potentiel des objets dits d'art premier

Les prix peuvent s'envoler en fonction de l'ancienneté, la provenance et l’esthétique de l'objet. © ©123RF/fotoluminate

Que faire des masques, des armes ou des objets rituels que votre arrière grand-père a ramené des colonies et qui dorment depuis des années dans des cartons ? Un marché existe, celui des collectionneurs qui estiment, à l'instar des musées, que ces objets ont valeur d'œuvres d'art. Ce que l'on appelait hier art primitif, art tribal ou art sauvage est aujourd'hui nommé art premier et le prix de certains objets s'envole lors de ventes aux enchères, suivant leur ancienneté, leur provenance mais aussi leur esthétique.

Suggestions de contenus