Le cloud français Platform.sh lève 28 millions d'euros

Le cloud français Platform.sh lève 28 millions d'euros La société parisienne commercialise un PaaS mondial orienté DevOps. Une offre qui se veut 100% intégrée, à contre-courant de l'approche du secteur.

Editeur d'une offre de PaaS (Platform as a Service), le Français Platform.sh boucle un troisième tour de table de 28 millions d'euros (Série C). Il fait entrer au capital les fonds américains Partech (qui mène l'opération) et Benhamou Global Ventures, ainsi que le capital venture hexagonal Idinvest Partners. Hi Inov, investisseur historique (et désormais gestionnaire de SNCF Digital Ventures), remet au pot. Jusqu'ici, Platform.sh avait levé 9 millions d'euros et bénéficié de financements publics à hauteur de 2,5 millions d'euros versés par la Commission européenne et BPI France.

Platform.sh entend couvrir l'ensemble du cycle de vie d'une application, de sa conception à sa maintenance en passant par son déploiement et la gestion de sa mise à l'échelle en termes de trafic. "Notre ambition est de simplifier la logique prônée par l'industrie du cloud en proposant un pipeline intégré de bout en bout", confirme Frédéric Plais, CEO de la start-up. "L'approche actuelle consiste à multiplier les services. Au client ensuite de les assembler pour bâtir sa chaîne d'intégration et de déploiement continu, ses dispositifs de monitoring, de sécurité, de sauvegarde... Notre démarche est à l'inverse un package prêt à l'emploi combinant tous ces processus."

L'une des principales forces de Platform.sh réside dans sa capacité à créer à la volée, grâce à une infrastructure de containers, des environnements de pré-production identiques, à l'octet près, à l'application en production. Via ce mécanisme de clonage, le PaaS permet de lancer autant de projets d'évolution que nécessaire en parallèle, avec leur stack de test et de recette, tout en ayant la garantie d'un rendu rigoureusement identique lors de la mise en ligne. Côté prix, Platform.sh tarifie sa solution en fonction du nombre de pages vues et d'applications.

Plus de 5 000 clients

Fondé en 2014, Platform.sh adosse son PaaS à trois clouds d'infrastructure (IaaS) : Amazon Web Services (AWS), Microsoft Azure et Flexible Engine (Orange Business Services). Une stratégie qui lui permet d'offrir une grande flexibilité de mise en œuvre. En standard, sa solution se déploie sur 12 régions d'hébergement dans le monde, chacune se nichant sur l'un des clouds précités (en France, il s'agit de Flexible Engine, en Allemagne d'Azure, en Irlande et en Australie d'AWS). Quant à son abonnement Enterprise, il donne accès, en plus, à n'importe quelle autre région AWS, Azure ou Flexible Engine. Avec ces trois clouds confondus, Platform.sh Enterprise est présent sur 63 régions à travers la planète.

"En termes d'investissement commercial, nous allons donner la priorité aux US"

Dans le sillage de sa levée de fonds, l'éditeur prévoit d'abord de renforcer ses ressources marketing. "Jusqu'ici, nous étions avant tout connus des développeurs open source. Désormais, nous souhaitons parler également aux DSI, vice-présidents ingénierie, directeurs techniques...", détaille Frédéric Plais. "En termes d'investissement commercial, nous allons donner la priorité à la Chine et surtout aux Etats-Unis compte tenu de leur fort potentiel sur le segment du cloud." A l'international, Platform.sh dispose déjà d'un bureau à San Francisco, aux côtés d'implantations à Cologne et à Londres. En parallèle, les investissements en R&D seront intensifiés. Sur ce terrain, la start-up veut notamment améliorer les fondations de son PaaS (qui repose sur un orchestrateur de containers statefull) mais aussi se doter de nouvelles fonctionnalités.

Pour se donner les moyens de ses ambitions, Platform.sh entend passer de 80 à 125 salariés d'ici la fin de l'année. Une majorité des recrutements sera destinée à la R&D qui va doubler pour passer à 50 ingénieurs. Enfin, Platform.sh laisse la porte ouverte à de nouveaux partenariats "dans l'optique, pourquoi pas, d'étendre l'hébergement à d'autres clouds d'infrastructure".

En plus d'un cash flow positif sur les trois trimestres précédant son tour de table, la jeune pousse enregistre une croissance de son CA de 110% sur sa dernière année d'exercice et revendique plus de 5 000 clients dans le monde, dont 650 ayant souscrit à son abonnement Enterprise (530 en février dernier). Parmi ses principales références figurent la Banque Nationale de Belgique, le Financial Times, Gap, Hachette ou encore Lufthansa.

A lire aussi

Annonces Google