Applications collaboratives : 100 solutions en un coup d'œil

Applications collaboratives : 100 solutions en un coup d'œil Le cabinet français Lecko publie son benchmark 2019 des offres de réseau social d'entreprise, de productivité et de gestion des processus. Avec pour la première fois une matrice globale.

Lecko publie la 11e édition de son étude sur la transformation digitale des entreprises françaises ("Etat de la transformation interne des organisations"). Comme à son habitude, le cabinet de conseil français y dresse un panorama très complet des applications de travail collaboratif. Solutions transverses et réseaux sociaux d'entreprise, outils de productivité, logiciels d'orchestration des process métier, etc. Dans les précédentes éditions de son benchmark, la société parisienne déclinait son analyse sur plusieurs matrices de produits, chacune représentant un positionnement bien identifié au sein de l'écosystème des offres collaboratives (lire notre article sur l'étude 2018 : En entreprise, Facebook est devenu un concurrent d'Office 365 et de G Suite). Pour son opus 2019, Lecko apporte une nouvelle pierre à l'édifice en proposant, en plus, une matrice de synthèse regroupant l'ensemble des segments analysés.

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Matrice de positionnement issue du baromètre 2019 de Lecko "Etat de l’art de la transformation interne des organisations". © Lecko

Au chapitre des leaders, la tendance observée les années précédentes par Lecko se confirme encore plus clairement en 2019. Le marché plafonne autour des suites de productivité généralistes Office 365 et G Suite qui affichent les niveaux d'influence les plus importants. Quant à Workplace, il renforce sa position de leader sur le créneau des réseaux sociaux d'entreprise. "Pour Facebook, deux réels défis subsistent cependant pour asseoir sa position et garder l'avantage dans ce domaine : tenir sa promesse vis-à-vis de l'embarquement des collaborateurs sans poste de travail qui lui résistent encore, sujet sur lequel il compte d'ailleurs le plus investir dans les mois à venir, et proposer en parallèle de meilleures intégrations avec G Suite et Office 365", insiste-t-on chez Lecko.

Partant avec une longueur d'avance en termes de part de marché, Office 365 a modernisé son approche. "Pour autant, la suite de Microsoft n'en reste pas moins cantonnée à sa philosophie historique. Certes, elle permet de partager des documents, de discuter et contribuer à plusieurs à l'intérieur. Mais elle demeure dans une logique de fichier individuel et d'itération de versions de document. Microsoft ne fait que moderniser un cas d'usage de la bureautique classique", constate Bastien Le Lann, responsable du pôle analyse chez Lecko. "Avec G Suite, même si l'offre est nettement moins riche fonctionnellement, on change de paradigme. La coordination directe et la production continue de contenu prennent le dessus. On est sûr que le document partagé est unique et qu'il s'agit bien de sa dernière version. La collaboration se révèle plus simple."

Teams le généraliste vs Slack le spécialiste

Face aux deux grands généralistes que sont Google et Microsoft, les autres acteurs du marché cherchent à se démarquer en ciblant des usages plus spécialisés. Dernier en date, le rennais Klaxoon ouvre par exemple de nouvelles perspectives dans la digitalisation des réunions (lire l'article : Avec sa V3, Klaxoon met l'intelligence collective au cœur de son offre). Aux côtés de Facebook dans les réseaux sociaux d'entreprise, Slack continue à tenir le haut du panier sur le front du team messaging. "Slack reste à la pointe en termes d'interface, de simplicité d'utilisation, d'écosystème de bots, de connecteurs vers applications tierces", reconnait Bastien Le Lann. Et Arnaud Rayrole, CEO de Lecko, de pondérer : "A la différence de G Suite, Office 365 et Workplace, Slack n'a pas percé comme solution d'entreprise transverse, même s'il est toujours, et de loin, reconnu comme idéal pour coordonner le travail d'équipes, notamment au sein des DSI."

"Microsoft pousse désormais Teams comme digital workplace ultime"

Au jeu des outils de team messaging, Microsoft a cependant gagné la bataille de l'entreprise. Selon les derniers chiffres de l'éditeur (remontant à septembre 2018), la messagerie d'équipe Teams est utilisée par quelque 330 000 organisations dans le monde. A l'instar de Delve il y a quelques années, "Microsoft pousse désormais Teams comme digital workplace ultime", constate Arnaud Rayrole. La feuille de route d'Office 365 est rythmée par les annonces autour de l'outil : version gratuite, nouvelles applications intégrées, fusion avec Skype for Business pour les conférences, avec Stream pour les réunions en broadcast... Au-delà de la palette fonctionnelle de Slack, Microsoft a introduit dans Teams une interface multi-onglets taillée pour gérer le partage de contenus (web, fichiers, vidéos) et d'applications. Une approche qu'il est pour l'heure le seul à proposer sur le terrain du team messaging.

"Résultat, Microsoft Teams s'alourdit de jour en jour. Sans compter que ses API sont encore en bêta deux après son lancement", déplore Arnaud Rayrole. La solution ? Doter Office 365 et Teams de surcouches pour corriger le tir. C'est là que des outils comme Beezy, Lively, One2Team, Powell 365 ou encore Valo entrent dans la danse. "Valo donne par exemple à l'utilisateur la possibilité d'accéder de manière transparente aux groupes de travail, quelle que soit l'application Office 365 utilisée : Teams, mais aussi SharePoint, Yammer..." illustre-t-on chez Lecko.

Synthèse des positionnements analysés
Processus "En 2019, la transformation des processus reste en construction, de plus en plus de solutions se spécialisent. Le marché se subdivise. Les chatops (Slack, Microsoft Teams) intègrent de plus en plus de solutions métiers. Les intranets add-ons à Office 365 gèrent de plus en plus de manières d'intégrer des applications métiers. Le marché peine à avancer sur les intégrations à forte valeur ajoutée transformant vraiment le processus."
Productivité "Le marché de la productivité est aujourd'hui saturé de spécialistes qui aiguisent leurs offres pour se démarquer des généralistes qui peinent à apporter une expérience de qualité sur des approches de travail pointues. A contrario certaines approches historiquement poussées par les spécialistes (management visuel à la Trello, canaux conversationnels à la Slack) deviennent des commodités adressées par l'ensemble du marché, spécialistes comme généralistes."
Transversalité "En 2019, force est de constater que les acteurs spécialisés sur ce segment se sont raréfiés. La promesse de transversalisation est difficile à tenir. Les utilisateurs finaux recherchent des solutions à bénéfice direct pour leur métier ou leur organisation d'équipe et les DSI cherchent à moderniser les outils avec des suites de productivité. Les acteurs de ce segment n'ont pas d'autres choix que de mettre en oeuvre des services de productivité ou de se connecter."
Données : Lecko

A lire aussi 

Autour du même sujet

Annonces Google