Franck Papazian (MediaSchool Group) "L'école SupdeWeb veut répondre aux besoins d'aujourd'hui et de demain"

Lancée en 2012 à Paris, la nouvelle école SupdeWeb va s'ouvrir dans 5 nouvelles villes à la rentrée prochaine. Le directeur du groupe auquel elle appartient, MediaSchool, détaille ses ambitions.

JDN. SupdeWeb est établissement privé qui propose des formations bac+3 et/ou bac+5 aux métiers du Web. Qu'apporte-t-il ?  

franck papazian supdeweb
Franck Papazian, président de MediaSchool Group. © MediaSchool Group.

Franck Papazian. La formation de SupdeWeb se veut ultra-professionnalisante. En conséquence, le cursus accorde une place très importante aux stages, qui durent 4 mois sur chacune des deux premières années, puis deux fois plus en troisième année, ainsi qu'en Master 1 et en Master 2. C'est ce qui a permis aux élèves de SupdeWeb d'avoir des expériences professionnelles dans des entreprises comme Google, Total, ClubMed, Société Générale, ERDF, Orange ou Deezer, entre autres.

L'école SupdeWeb a avant tout été lancée pour répondre à de vrais besoins. Nous avons plus précisément identifié trois domaines porteurs dans le Web, qui correspondent aux spécialisations au sein de Supdeweb : la technique, c'est-à-dire le développement, l'e-business et le contenu.

Notre parti pris pédagogique a l'ambition d'apporter la bonne réponse, en permanence, aux besoins du marché dans un secteur particulièrement dynamique. C'est d'ailleurs la mission de notre comité de pilotage, dont les membres ont une très bonne connaissance du marché et de ses évolutions.

Quant à notre cible, pour le cycle bac+3 , nous visons des jeunes passionnés qui savent déjà qu'ils veulent travailler dans le web. Pour le master, nous visons des étudiants un peu plus âgés, avec un bac+3, qui ont pu faire des études d'attente, sans avoir décidé leur projet professionnel, mais qui savent désormais ce qu'ils veulent. SupdeWeb est donc avant tout une formation de passionnés, qui savent l'orientation qu'ils veulent donner à leur vie professionnelle.

"Nous allons ouvrir à Strasbourg, Toulouse, Marseille, Nice et Bruxelles en octobre 2015."

A la prochaine rentrée, SupdeWeb va aussi ouvrir dans de nombreuses villes...

Nous allons en effet ouvrir à Strasbourg, Toulouse, Marseille, Nice, Bruxelles en octobre 2015. Puis à Shanghai. SupdeWeb fait partie du groupe MediaSchool, qui dispose déjà d'établissements dans la plupart de ces villes. Nous ouvrons toutefois de nouveaux locaux à Nice, au cœur de la ville. Je précise qu'il s'agit, du moins dans un premier temps, de proposer dans toutes ces villes les masters de SupdeWeb, c'est-à-dire les formations bac+4 et bac+5, mais pas le cycle bac+3.

Une nouvelle fois, nous avons voulu répondre aux besoins du marché, qui ne se limitent pas à Paris. Ces ouvertures vont aussi permettre aux étudiants de suivre une formation supérieure plus près de chez eux. Les formations ne doivent pas être réservées à Paris.

Que promettez-vous aux élèves ?

Le comité de pilotage et l'équipe de professionnels de l'école connaissent très bien le secteur, et le soin apporté à la pédagogie permet de promettre la meilleure formation possible. C'est-à-dire celle qui répond aux besoins du marché d'aujourd'hui mais aussi ceux de demain. 

Je peux d'ailleurs promettre un emploi aux élèves de SupdeWeb. Je suis même sûr qu'ils trouveront du travail moins de six mois après la sortie de l'école [la première promo suivant la formation bac+3, est rentrée en 2012, elle n'est donc pas encore sortie, NDLR]. Des entreprises sollicitent déjà nos élèves. Certains ont d'ailleurs préféré, contre notre avis, abandonner la formation pour les rejoindre. Certains nous ont écoutés, et sont restés, mais une douzaine d'entre eux sont déjà en poste.

L'autre promesse que je peux faire à nos élèves, c'est de leur assurer une carrière. Nos élèves sont jeunes, et pensent surtout à leur premier emploi, mais nous nous projetons plus loin, et tâchons de penser à leur emploi dans dix ou quinze ans.

 

 SupdeWeb coûte 6800 euros l'année. L'admission se fait après un entretien oral, puis un examen écrit. Le taux d'admission est de "50 ou 60%" selon Franck Papazian. La rentrée en 1ère année peut se faire en mars.

 Informations complémentaires sur le site de l'école.

Annonces Google