Il y a 5 ans : Microsoft rachetait Lindows.com pour 20 millions de dollars

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

Après trois ans de bataille judiciaire, Microsoft rachetait en juillet 2004 les droits relatifs au nom de domaine Lindows.com pour 20 millions de dollars. En échange, Lindows.com acceptait de se rebaptiser.

Selon l'accord signé entre les deux acteurs, Lindows avait jusqu'au 14 septembre 2004 pour cela. L'éditeur indiquait dans la foulée qu'il s'appellerait désormais Linspire, comme c'était déjà le cas en France.

Cette énième étape venaitt s'ajouter aux différents conflits qui opposaient Microsoft à Lindows depuis 2001, date de la création du second. A cette date, Microsoft avait alors immédiatement réagi et poursuivi Lindows en justice jugeant que la marque Lindows était trop proche de sa propre marque (Windows), l'accusant de contrefaçon.

Sur presque trois ans, de nombreux procès s'étaient ouverts aux Etats-Unis mais également dans différents pays d'Europe. Certains donnant tort et d'autres raison à la firme de Redmond.

Michael Robertson (fondateur de mp3.com) avait créé sous la marque Lindows (contraction de Linux et Windows) une société qui devait diffuser une solution Linux capable de faire tourner les applications Windows. La société était par la suite revenue sur ses objectifs de départ, ne distribuant au final qu'une déclinaison Linux.

 

Et aussi, du 8 au 14 juillet 2004

Dell commercialisait ses premiers PC sous Linux en Europe

Il s'agissait de modèles de type tour (Optiplex 170L). Jusqu'ici, la couche logicielle de ce produit se limitait à l'OS de Microsoft (en version Windows XP Pro ou Win2k). Fournie par le distributeur italien Questar, la nouvelle configuration était livrée avec la distribution de la société américaine Lindows (Linspire) et la suite bureautique Open Source OpenOffice.

Le code source de Bagle disponible sur Internet

Les sources de la première version de Bagle étaient publiées sur Internet. Pour les observateurs, la disponibilité de ce code pouvait entraîner une nouvelle génération de variantes du virus. Les lignes de programme du célèbre ver, rédigées en langage assembleur, pouvaient contenir des informations utiles aux enquêteurs à la recherche du ou des auteurs du code malveillant.

Ilog rachetait Jloox

Ilog rachetait la solution de création d'interfaces utilisateur Jloox du canadien eNGenuity. La transaction de 1,4 million d'euros, portait sur la propriété intellectuelle et la clientèle, et dix employés transférés d'eNGenuity à Ilog. Un accord OEM de 3 ans était aussi signé pour permettre à eNGenuity d'utiliser certaines technologies de visualisation d'Ilog.

Windows / 5 ans après

Annonces Google