Huit idées de start-up e-commerce à cloner Une garde-robe infinie : 99Dresses

Start-up lancée en 2011 en Australie par une entrepreneuse de 20 ans, Nikki Durkin, 99Dresses opère un site permettant d'échanger des vêtements en utilisant une monnaie virtuelle. Les utilisatrices uploadent les vêtements, chaussures et accessoires de bonne qualité dont elles ne veulent plus, les vendent et les expédient à d'autres utilisatrices en échange d'une monnaie virtuelle, les "boutons". Elles peuvent ensuite dépenser leurs boutons pour acheter un article dans ce "placard infini". Le prix en boutons d'un article dépend de son prix de vente d'origine et il est possible d'acheter des boutons au tarif d'un dollar l'un. A titre d'exemple, une robe vaut entre 6 et plus de 100 boutons. Enfin, un système de feedback à la eBay permet de s'assurer du sérieux des vendeuses.


L'objectif est aussi de permettre aux acheteuses de ne porter certains vêtements qu'une seule fois, pour une occasion, avant de les remettre en circulation. Un nouveau modèle de consommation manifestement addictif pour les consommatrices les plus jeunes, incitées à revendre autant qu'à acheter.

99dresses, le pousse au crime déculpabilisant
99Dresses, le pousse au crime déculpabilisant © 99Dresses.com

Afin de pouvoir suivre le programme de l'incubateur américain Y Combinator, où elle vient d'être acceptée, Nikki Durkin a récemment fermé son site australien et mise désormais sur les Etats-Unis, où elle débutera le développement de 99Dresses en visant les universités et leurs clubs féminins, les "sororities".

Autour du même sujet