MWC16 : 4YFN s’imposera-t-il comme disrupteur du MWC ?

Que retiendra-t-on du MWC 2016 ? Certes, la photo de Mark Zuckberg parmi les journalistes portant un casque de réalité virtuelle a déjà fait le tour du Net. Voici les faits marquants dans l'oeil de Laure-Anne Warlin, Head of Insights and Trend Innovation chez Equancy.

Jour 1

Comme chaque année, en 24 heures, les annonces ont fusé, les keynotes se sont succédées, les échanges de cartes de visite se sont multipliés ! L’interview de Mark Zuckerberg a clos cette première journée. Parmi les principaux sujets évoqués pendant cette discussion avec la journaliste de Wired, retenons notamment 5 éléments :

  • Sa volonté d’assurer à l’ensemble de la population l’accès à Internet. Son projet Internet.org aurait permis à 19 millions de personnes de se connecter au réseau mondial;

  • Son soutien à Apple sur la question de la confidentialité des données. Rappelons que cette thématique oppose actuellement la firme à la pomme au FBI dans le cadre de l’enquête sur les attaques terroristes de San Bernardino;

  • Sa conviction que la vidéo constituera bientôt la majorité des contenus consommés en ligne. Elle constitue un support à même de renforcer l’engagement de l’audience. De plus, d’après lui, à la différence d’une photo que l’on veut parfaite quand on la poste, les live vidéos ont quelque chose de plus brut et de plus intime ;

  • Sa vision de la réalité virtuelle comme l’une des ‘killer apps’ de la 5G. Le rachat de l’Oculus Rift, le développement des vidéos 360, son irruption à la conférence de presse Samsung dimanche soir sont autant de signaux illustrant ses ambitions dans cette technologie;

  • Ses efforts personnels pour avancer sur le terrain de l’intelligence artificielle. Mais la route à parcourir est encore longue, a-t-il prévenu.,

Reste à savoir donc comment il élèvera sa fille dans ce nouveau monde…’Elle n’a que 3 mois’, a-t-il souligné.  Certes...but time flies, Mark...

Jour 2

Si le Mobile World Congress est de plus en plus renommé, 4YFN est resté jusqu’à présent dans son ombre. Souvenez-vous bien de cet acronyme qui se déchiffre ‘4 Years From Now’ : il est fort probable que cet évènement fera de plus en plus parler de lui.

Située à 3 kilomètres de la grande halle d’exposition du MWC, la Fira Montjuic abrite ce salon qui rassemble 400 startups et investisseurs. Un simple coup d’œil suffit à faire la différence entre les deux espaces : le mastodonte d’un côté où l’on se perd - et où l’on perd beaucoup de temps, ne serait-ce qu’à se déplacer -  et l’espace beaucoup plus humain de l’autre, aménagé avec goût et vibrant d’énergie. Au-delà de l’aspect cosmétique, 4YFN se distingue par la richesse et la qualité de ses contenus : hackathon de la French Tech, workshops, keynotes prestigieuses de Dirk Ahlborn, CEO d’Hyperloop Transportation Technologies, ou encore de Ferran Adria, qui compte parmi les meilleurs chefs au monde et a ouvert une fondation pour l’innovation

Après une première journée qui s’intitulait ‘Disrupted by mobile’ et faisait notamment la part belle à Drivy, ce second volet de l’évènement était consacré aux objets connectés. Au programme - entre autres - un startup bootcamp au cours duquel ont défilé de nombreuses startups et des conférences sur la data, véritable enjeu de l’Internet des objets. Et en filigrane, toujours un même leitmotiv : la data n’est pas qu’une affaire de technologie pour data scientists confirmés, elle doit être mobilisée pour améliorer l’expérience client.

Alors, 4YFN s’imposera-t-il comme disrupteur du MWC ? Pari tenu !

Jour 3 

Dans la Silicon Valley, la technologie génère beaucoup d’espoir. Elle est associée à la notion de progrès et alimente une certaine foi en l’avenir. En assistant à une conférence du MWC aujourd’hui, nous nous prenons à rêver, nous aussi.  Intitulée ‘Mobile is digital inclusion’, cette session s’est entre autres différenciée par le profil des orateurs.

Anthony Lake n’est en effet ni issu d’un géant du web, ni représentant d’une firme de télécoms. Il s’agit de l’Executive Director de l’UNICEF. Son intervention a mis en lumière comment le digital est utilisé par l’organisation pour combattre la pauvreté dans le monde ou plus globalement pour aider les pays émergents. Son discours s’est appuyé sur le cas de l’initiative U-Report. Ce système permet de mobiliser des communautés pour suivre différents sujets, qu’il s’agisse de la propagation de maladies, de l’accès à l’eau potable ou encore des mariages précoces. En pratique, il suffit d’envoyer un simple SMS ‘join’ à un numéro gratuit avec quelques informations personnelles pour devenir un ‘U-reporter’ bénévole. Dès lors, il est possible de partager ses observations via des sondages envoyés sur mobile. Les réponses collectées permettent à l’UNICEF d’améliorer son action et celles de ses partenaires sur le terrain. Lancé en 2011 en Ouganda, le service s’avère être un véritable succès avec plus d’un million d’utilisateurs dans différents pays.

Certaines entreprises privées se distinguent aussi par leur contribution au développement de leur environnement. C’est notamment le cas de Roshan, opérateur de téléphonie en Afghanistan, qui participe largement à la reconstruction du pays. Son action se matérialise par des actions concrètes, s’appuyant pour beaucoup sur le digital : élargissement d’un projet de télémédecine pour faciliter le diagnostic de soins à distance, inauguration de centres de e-learning, accès à des services financiers élémentaires sur mobile permettant entre autres de lutter contre la corruption…

Alors, cessons d’opposer technophobes et technophiles et espérons que le fameux ‘humanisme technologique’ ne soit pas une chimère !

Jour 4

Alors que les allées se vident, l’heure est au bilan. Que retiendra-t-on du MWC 2016 ? Certes, la photo de Mark Zuckberg parmi les journalistes portant un casque de réalité virtuelle a déjà fait le tour du Net. Alors voici cinq autres faits marquants !

       Un  chiffre : Mike Curtis, VP d’Airbnb, a annoncé que son entreprise avait permis d’accueillir 30 000 guests à Barcelone dans le cadre du Congrès…avant de rappeler que celui-ci avait rassemblé 100 000 personnes l’an dernier. Autrement dit, Airbnb a sans doute permis d’héberger environ un tiers des visiteurs du Salon ;

       Un business model : le crowdsourcing est revenu plusieurs fois dans les discours. Qu’il s’agisse de contenus comme chez Condé Nast, d’idées comme chez Hyperloop, ou de fonds avec Crowdcube, le crowdsourcing n’est plus perçu comme un moyen faute de mieux, mais a gagné en crédibilité ;

       Un moyen de communication : que ce soit pour répondre à une demande ponctuelle d’un client, informer ses équipes de maintenance d’une panne sur une machine, les plateformes de messagerie s’imposent comme le nouveau Graal ;

Un objet physique : au-delà des fabricants de téléphones, les constructeurs automobiles étaient bien représentés à Barcelone. Mercedes exposait ainsi sa vision de la voiture du futur…au programme bien sûr : pas de chauffeur et beaucoup de divertissement ;

       Un concept : l’intelligence artificielle se voit doter d’un attribut qui lui est rarement associé, à savoir la créativité. Citons par exemple la startup Jukedeck qui propose la composition de musiques libres de droit.

Innovation / La Poste