SXSW : les objets connectés made in France veulent envahir les Etats-Unis

Le JDN vous fait vivre chaque jour l’une des grandes tendances de South By Southwest Interactive. Aujourd'hui, voici six start-up françaises sans complexe.

Le South By Southwest Interactive, plus grand festival du monde dédié aux médias interactifs, a ouvert ses portes le 11 mars à Austin, Texas. Une occasion que des jeunes pousses françaises ne pouvaient pas manquer pour présenter leurs produits.

Hydrao, la douche économique

 

Développée par la start-up grenobloise Smart&Blue, Hydrao se présente comme "la première douche intelligente et écosensible". Son objectif est d'alerter les consommateurs sur le volume d'eau qu'ils consomment. Pour cela, un système d'éclairage intégré au pommeau de douche change de couleur selon le volume d'eau écoulé.

Le pommeau de douche alerte sur le volume d'eau consommé via un système d'éclairage. © S. de P. Hydrao

Une application permet également de visualiser les économies réalisées sur l'année. Celles-ci peuvent atteindre jusqu'à 250 euros pour une famille, largement de quoi rentabiliser les 99 euros dépensés pour l'appareil.

Après avoir écoulé 3 000 produits, la start-up a déjà reçu 3 000 précommandes supplémentaires suite à son passage au CES de Las-Vegas. Ses fondateurs visent désormais les US, une vraie bonne idée lorsqu'on sait que certaines parties du pays font actuellement face à des problèmes de sécheresse. Pour attaquer le marché américain, la start-up prévoit le lancement d'une campagne Kickstarter au printemps. Autre axe de développement : l'hôtellerie. Hydrao a déjà équipé un hôtel en France de ses douches connectées.

Phantom, "la meilleure enceinte sans fil au monde".

Véritable star du stand de la French Tech cette année, l'enceinte Phantom sait se faire entendre, même dans un environnement aussi bruyant que celui du SXSW. Créée en 2010 par Devialet et fabriquée en France, l'enceinte connectée, dont les prix s'échelonnent de 1 700 à 2 000 euros, se vante d'être "la meilleure enceinte sans fil au monde".  Pour protéger sa technologie, la start-up a déposé près de 88 brevets. Alors qu'elle dispose déjà de deux magasins en propre sur le sol français, l'entreprise vise désormais le marché américain et prévoit notamment l'ouverture de deux magasins, à NYC et San Francisco.

Pour financer ses ambitions, Devialet a levé 25 millions d'euros en juin 2015 auprès d'investisseurs tels que Bernard Arnault, Xavier Niel ou encore Marc Simoncini. Sa stratégie B2B pourrait également être un autre levier de croissance puisque l'entreprise pense proposer ses enceintes au secteur de l'hôtellerie/restauration. En résumé, la Phantom semble bien partie pour devenir une référence de sa catégorie. Elle aurait d'ailleurs tapé dans l'œil d'un certain Jay-Z…

Les prix de l'enceinte connectée s'échelonnent de 1 700 à 2 000 euros © JDN

Klaxoon a déjà séduit le Cac 40

Klaxoon, qui a gagné un prix de l'innovation au dernier CES, a développé un produit visant à favoriser l'interactivité au sein d'un groupe de personnes, par exemple en cas de réunion. Il suffit pour cela que tous les participants se connectent via leur smartphone au boîtier Klaxoon, lui-même connecté à un écran qui servira de support visuel pour l'ensemble du groupe. Chacun des participants va ensuite pouvoir interagir en fonction des différentes activités proposées : quiz, challenge, sondage, brainstorming, etc.  

Après un an de R&D, et des tests menés au sein de grandes entreprises telles que L'Oréal, Thalès et Schneider Electric, la start-up rennaise, filiale du groupe Regards, a sorti son produit l'année dernière. Avec des clients dans plus de 120 pays, Klaxoon peut se targuer d'avoir été adopté par un grand nombre d'entreprises du Cac 40. Pour financer sa croissance, elle cherche désormais à lever entre 3 et 5 millions d'euros.

Bonjour, le réveil intelligent

Après quatre ans d'existence et avec des produits distribués dans plus de 400 magasins, Holi n'en est pas à son coup d'essai. L'entreprise a fait le déplacement pour promouvoir Bonjour, un réveil intelligent qui n'a pas encore été lancé mais pour lequel elle nourrit de grandes ambitions. La première est d'abord de permettre à son propriétaire d'être informé des conditions de trafic ou de la météo. Plus besoin de chercher sur Internet, ici toutes les interactions avec l'appareil se font par communication orale.

Autre intérêt de Bonjour, il permettra de contrôler sa maison connectée. Pour cela, la start-up utilise les APIs, dont celle de Nest, permettant de contrôler la température ambiante directement depuis le réveil connecté. Grégoire Gérard, cofondateur d'Holi, confie viser également le marché US et envisage le lancement d'une campagne Kickstarter en mai prochain.

Mapo, "le premier masque de beauté connecté"

Développé par l'entreprise parisienne Wired Beauty, Mapo se présente comme "le premier masque de beauté connecté". Protégé par un brevet, la technologie intégrée dans le masque permet d'analyser la peau et d'améliorer la diffusion d'une crème sur le visage grâce à des capteurs chauffants. Les données récoltées peuvent ensuite être consultées via une application. Près de 300 masques ont déjà été écoulés à ce jour.

Vendus 299 euros, les produits auraient même tapé dans l'œil d'Anna Wintour, célèbre rédactrice en chef du magazine Vogue. Après une campagne Kickstarter réussie, qui a permis de récolter un peu plus de 40 000 euros, les fondateurs de Wired Beauty voient désormais plus grand et cherchent à lever entre 2 et 3 millions d'euros.

Wize and Ope, des chaussures lumineuses

Spécialiste des montres, l'entreprise parisienne Wize and Ope s'est lancée avec succès sur le marché de la chaussure mais avec une particularité : toutes ses chaussures sont dotées de lumières LEDs et de mini-batteries permettant de les recharger. Après plus d'un an de discussion, Wize and Ope a réussi à convaincre le rappeur et producteur Lil Wayne de devenir son associé. En échange de 20% de la société, celui-ci fait la promotion de la marque dans ses clips ou autres apparitions medias.

"Notre focus à nous, c'est le style" © JDN

Alors que la plupart des wearables mettent un point d'honneur à mesurer des performances, Wize and Ope a pris une toute autre voie : "notre focus à nous, c'est le style", explique Victor Louzon, son créateur. Et cela tombe bien car les baskets n'en manquent pas. En appuyant sur un bouton, il est possible de changer la couleur des LEDs. Les batteries sont prévues pour tenir entre 3 et 6 heures et peuvent être rechargées via USB. Distribuées dans plus de 100 points de vente en France, les paires se sont écoulées à 50 000 exemplaires l'an passé. Son fondateur espère le double cette année et souhaite s'attaquer au marché américain. Pour financer cette ambition, il cherche à lever 1,5 million d'euros.

 

ET AUSSI

 

IoT