Censure des requêtes en ligne sur les célébrités en Argentine

La justice argentine vient d'estimer que les moteurs de recherche sont responsables des résultats de recherche qu'ils produisent, même si les contenus qu'ils affichent sur leurs pages (images, titres de pages Web, extraits de textes, etc.) sont récupérés depuis des sites tiers.

A l'origine de cette décision, une plainte déposée en 2007 par près de 80 top-modèles argentines dont les noms étaient abusivement liés à des sites pornographiques dans les résultats de recherche de Google. L'avocat représentant les mannequins avait demandé à Google de censurer l'ensemble des résultats de recherches dont les requêtes contenaient le nom d'une de ses clientes. Ce que le moteur américain avait refusé, tout en proposant de supprimer au cas par cas les renvois vers des sites douteux.

D'autres personnalités argentines, comme le footballeur Diego Maradonna se sont depuis rangé du côté des mannequins, réclamant que les requêtes contenant leur nom soient également bloquées. Cette décision de justice impose donc désormais aux moteurs de bloquer les recherches portant sur des personnalités, sous peine de poursuites. Cette restriction ne s'applique qu'à l'Argentine.

Juridique / Google