Google fait le point sur les demandes de suppression de contenu en 2011

Dans le nouveau volet de son Transparency Report, Google dévoile le nombre de demandes de suppression de contenu émanant d'organismes gouvernementaux. Mountain View s'inquiète de certaines requêtes officielles.

Google vient de mettre à jour son "rapport de transparence" (Transparency Report) dans lequel il dévoile les requêtes gouvernementales reçues demandant la désindexation ou le retrait de contenus de ses services au deuxième semestre 2011. Sur cette période, en France, Google a reçu 31 demandes de suppression de contenu, émanant d'organismes gouvernementaux. C'est nettement plus que lors du semestre précédent : le géant du Web n'avait alors reçu que 9 demandes. Il a cependant proportionnellement moins satisfait ces demandes : 55% entre juillet et décembre 2011, contre 78% Entre janvier et juin 2011.

 

Les 31 demandes de suppression de contenu visait 61 éléments – les 9 enregistrées au semestre précédent portaient sur 250 éléments. Les tribunaux ont ainsi ordonné la suppression de 7 éléments de pages de résultat de Google qui ont été jugés diffamants. Des demandes concernant le retrait de 38 éléments sur YouTube ont aussi été faites pour des causes de pornographie et d'incitation à la haine.  

 

Au-delà de la France Google explique avoir reçu au second semestre 2011, "comme à chaque fois, des demandes pour étouffer certaines paroles politiques". Le groupe souligne par ailleurs que : "c'est alarmant que certaines de ces requêtes proviennent de gouvernements que l'on ne soupçonnerait pas au premier abord - et notamment ceux de démocraties occidentales pas toujours associées à la censure", en citant ensuite l'Espagne et la Pologne.

Indexation / Google