Meetic n'a pas trouvé de repreneur

Match et Marc Simoncini n'ont pas réussi à trouver de repreneurs à Meetic, dont ils détiennent 50 % du capital, mais restent vendeurs.

C'est une mauvaise nouvelle pour les marchés financiers qui sanctionnent le cours de Meetic de -10 % à la mi-journée. Match.com, qui détient 26,72 % du groupe de sites de rencontre et Marc Simoncini, qui en possède, 22,98 % n'ont pas trouvé preneurs. Ces derniers avaient en effet mandaté en septembre dernier Messier Partners pour trouver un acheteur pour leurs participations. Trois mois après, et l'étude des propositions de 4 candidats (dont 3 étrangers), aucun ne valorisait suffisamment la société au goût des deux actionnaires. La société était aujourd'hui valorisée près de 390 millions d'euros à mi-séance.

 

Selon Marc Simoncini, dans une interview accordée aux Echos, "aucune offre ne reflétait le potentiel de développement de Meetic". Selon lui, Meetic pèserait trop lourd pour intéresser un acteur français ou européen, et pas assez pour intéresser un acteur de taille mondiale. Le fondateur du groupe et son allié américain Match.com restent donc au capital.

 

En attendant une nouvelle offre, ces derniers veulent faire passer le chiffre d'affaires du groupe de 158 millions d'euros en 2009 à 300 millions dans trois ans. Pour atteindre cet objectif, Marc Simoncini évoque à la fois des acquisitions, en Allemagne notamment, le développement de son site de rencontre par affinité (Meetic Affinity), ainsi que le mobile, avec la sortie d'une application iPhone à la fin du premier trimestre prochain. "Entre 4 euros par mois pour un accès Wap et 30 euros par mois sur Internet, il y a de la place pour une tarification intermédiaire sur mobile, autour de 15 euros par mois. Pour nous, c'est un vrai changement de modèle économique", comment Marc Simoncini, qui a déjà pris ses distances avec Meetic pour lancer son fonds d'investissement, Jaina Capital.

Marc Simoncini / Meetic