Nicolas Sarkozy pose les bases d'un dialogue entre les acteurs du Web et les Etats

Nicolas Sarkozy eG8 Nicolas Sarkozy s'est adressé aux acteurs économiques du Web à l'ouverture de l'eG8 organisé aujourd'hui et demain à Paris.

Dans son discours d'introduction à l'eG8 Forum, ce mardi 24 mai aux Tuileries, à Paris, le président de la République Nicolas Sarkozy a d'abord rendu hommage aux "hommes et aux femmes dont le nom est aujourd'hui attaché à l'émergence d'une nouvelle forme de civilisation". Pour le chef de l'Etat, notre monde est en train de vivre une troisième mondialisation. La première a vu Magellan faire le tour du monde. La seconde, la révolution industrielle, a domestiqué l'espace. "Avec la troisième mondialisation, dont vous êtes à la fois les acteurs et les promoteurs, vous avez changé la perception que le monde se fait de lui-même", en modifiant la notion du temps, de l'espace, de l'Histoire et de la connaissance.

 

"Cette révolution n'appartient à personne, elle n'a pas de drapeau, c'est un bien commun. Chose unique dans l'Histoire, cette révolution s'est faite sans violence". Nicolas Sarkozy est également revenu sur le rôle d'Internet dans les révolutions tunisienne et égyptienne. "Les peuples des pays arabes ont montré au monde qu'Internet n'appartenait pas aux Etats. L'opinion internationale a pu ainsi constater qu'Internet était devenu, pour la liberté d'expression, un vecteur de puissance inédite. (...) A l'avenir, les dictateurs qui voudront museler un peuple, avec Internet, ne pourront plus le faire dans le silence de la communauté internationale."

 

Pour le président de la République, l'action de l'industrie du numérique se lisant à l'échelle de l'Histoire, elle possède un niveau de responsabilité, "sans doute le plus fort que l'Histoire ait jamais donné à des individus situés en dehors de la sphère publique et de la représentaiton des Etats". D'où une série de recommandations aux acteurs du secteur. "Ne laissez pas s'installer de nouveaux monopoles. (...) Ne laissez pas la révolution que vous avez lancée porter atteinte au droit élémentaire de chacun à une vie privée et à une pleine autonomie. (...) Ne laissez pas la technologie que vous avez forgée porter atteinte au droit élémentaire des enfants à vivre protégés des turpitudes de certains adultes. Ne laissez pas la révolution que vous avez lancée véhiculer le mal, sans entrave ni retenue."

 

Parmi les inquiétudes majeures qu'inspire le secteur à Nicolas Sarkozy, figure la protection du droit d'auteur, évoquée à plusieurs reprises. Rappelant que le principe du droit d'auteur est né d'une pièce de théâtre de Beaumarchais qui à elle seule a fait vaciller la monarchie, il a déclaré que "personne ne doit pouvoir être impunément exproprié de ses idées, de son travail, de son imagination, de sa propriété intellectuelle".

 

Le chef de l'Etat a finalement insisté sur la nécessité d'un dialogue entre le secteur de l'Internet et les chefs d'Etats et de gouvernements, afin de trouver une voie équilibrée entre les intérêts de tous et de "vaincre le mur artificiel de la méfiance". "Quelles règles minimums êtes-vous prêts à accepter ou refuser ? Propriété intellectuelle, monopoles... comment on fait ?", laissant transparaître une volonté de réguler le secteur. Et de remercier aussi bien les participants de l'eG8 que les chefs d'Etat d'avoir libéré du temps pour évoquer ces questions. "Je serai très heureux, jeudi, qu'une délégation d'entre vous puisse dialoguer avec les chefs d'Etats et de gouvernements", a conclu Nicolas Sarkozy. 

 

En effet, à l'issue de l'eG8 Forum, une délégation de chefs d'entreprises de l'Internet portera devant les participants du G8 à Deauville les messages que l'industrie du numérique aura décidé de leur adresser, sur la base de ces deux jours de discussions aux Tuileries. Une initiative que le président français souhaite voir renouvelée chaque année avant la tenue du G8 (voir la vidéo de l'intégralité du discours de Nicolas Sarkozy).

Propriété intellectuelle / Eg8