Twitter attaque le gouvernement américain pour plus de transparence

Le réseau social souhaite pouvoir communiquer sur les requêtes sur les données privées de ses utilisateurs effectuées par les agences gouvernementales.

Twitter a engagé mardi des poursuites en justice contre le gouvernement des Etats-Unis. Objectif : diminuer les restrictions sur sa communication concernant le nombre de requêtes d'agences gouvernementales pour accéder aux données de ses utilisateurs. Selon Twitter, en restreignant la fréquence à laquelle les géants du Web peuvent dévoiler l'ampleur des demandes d'informations d'utilisateurs par les autorités américaines, le gouvernement viole le Premier Amendement sur la liberté d'expression.

En 2013, Google, Microsoft, Apple, Facebook ou encore Yahoo ont décidé de publier des rapports de transparence, dans lesquels ils indiquent le nombre de demandes d'informations portant sur leurs utilisateurs par les autorités américaines. En décembre, huit géants de la Tech, dont Google, Apple, Linkedin, AOL et Microsoft, ont formé une coalition pour réclamer au Congrès la possibilité d'être plus libres pour communiquer sur le sujet. Quelques concessions ont déjà pu être arrachées : les sociétés ont désormais le droit de dire combien de requêtes elles ont reçu du gouvernement par groupe de 1 000. Un accord signé par quelques sociétés (Apple, Google, Microsoft, Facebook, Yahoo, AOL, Dropbox, LinkedIn, Reddit...) en janvier avec le département de la Justice, auquel Twitter a refusé de s'associer.

Etats-Unis / Twitter