Selon Wikileaks, la Chine a bien piraté Google

Les câbles diplomatiques publiés par Wikileaks prouveraient que les autorité chinoises ont attaqué Google.

Selon les informations publiées par Wikileaks (Wikileaks.org) ce week-end, le gouvernement chinois aurait bien organisé un piratage de Google au début de l'année. Le site a dévoilé hier quelques 250 000 documents confidentiels issus des échanges entres les ambassades américaines dans le monde et le département d'Etat, couvrant une période allant de 1966 à février 2010.

 

Selon une source chinoise de l'Ambassade des Etats-Unis à Pékin, datant du mois de janvier, l'opération aurait été commandée par le Politburo, le Bureau politique du Parti communiste en Chine. L'informateur serait un militaire âgé de 23 ans. Il risque aujourd'hui 50 ans de prisons pour avoir également dévoilé une vidéo sur une opération militaire américaine à Bagdad visant des civils. Selon le New-York Times qui a eu accès au dossier, "le piratage de Google faisait partie d'une campagne coordonnée et effectuée par des agents gouvernementaux, des experts de sécurité privés, et des mercenaires d'Internet recrutés par le gouvernement chinois". El Pais, Le Monde, The Guardian et Der Spiegel ont aussi eu accès aux documents.

 

Suite à ces attaques, Google avait annoncé au mois de mars qu'il ne se soumettrait plus son moteur de recherche à la censure imposée par le gouvernement chinois, et qu'il redirigerait les requêtes vers son site de Hong Kong. Il a finalement fait marche arrière devant la menace de se voir retirer sa licence nécessaire pour opérer en Chine. Selon Wikileaks, les autorités chinoises auraient orchestré d'autres campagnes de piratage à l'encontre des Etats-Unis, des pays occidentaux et du Dalaï-lama depuis 2002.

Google / Pirate