Panorama des ad-exchanges en France Right media Exchange : Yahoo ne veut pas être dépassé

Lancé aux Etats-Unis en 2003 en tant que serveur de publicité dédié aux campagnes à la performance, Right Media a lancé le premier ad-exchange en 2005. La société est rachetée deux ans plus tard par Yahoo pour un montant avoisinant 680 millions de dollars. Le groupe américain est alors le premier à se positionner sur le marché du RTB grâce à une technologie propriétaire baptisée Right Media Exchange.

La concurrence féroce de Google, Microsoft et Facebook

Si l'éditeur, qui revendique plus de 300 milliards d'impressions par mois dans le monde, est encore à ce jour une plateforme importante dans le monde, il reste un acteur mineur en France. Nombre de trading desks estiment ainsi que le précurseur est aujourd'hui dépassé par ses rivaux Google, Microsoft et Facebook. "A ce jour, RMX offre entre 12 et 15 milliards d'impressions IP françaises chaque mois, toutes disponibles en RTB, sur des centaines de sites différents dont Yahoo", argumente l'éditeur américain. Sans toutefois préciser le nombre de ces impressions qui est effectivement vendue via du RTB.

Les portails de contenus proposent des bannières engageantes

Le groupe ne manque pas d'arguments pour séduire les annonceurs les plus ROIstes. La diversité des formats proposés (seule la home page de Yahoo est à ce jour indisponible), et les performances de ses bannières sont ses meilleurs atouts. "Yahoo peut s'appuyer sur cette faculté qu'ont les inventaires de portails à afficher peu de contenu publicitaire et à engager plus que la moyenne", note ainsi Sylvain Deffay. De fait, le groupe explique que "ce sont principalement des annonceurs orientés ROI tels que les secteurs du voyage, de la finance, du e-commerce" qui sont aujourd'hui présents.

Une offre qui s'adapte aux desideratas des éditeurs

Par ailleurs, la régie commercialisant le Yahoo Network (Yahoo et ses partenaires stratégiques tels qu'AOL, Laposte.net ou Sport24 +) fait dans la transparence puisque la grande majorité de son inventaire est nominatif. En ce qui concerne les autres éditeurs, ils peuvent fournir leur inventaire en blind, en semi-transparent (tous les sites sont identifiés mais l'acheteur sera diffusé en rotation générale sur ses sites) ou donner la possibilité d'acheter chaque inventaire séparément.

Etats-Unis / Ad-exchange