Question-réponses sur les limites du ciblage comportemental Comment sont collectées les données utilisées ?

Le ciblage comportemental exploite des données relatives à la navigation des internautes sur la Toile. Pour collecter ces données, les possibilités techniques sont multiples. Outre l'utilisation des cookies, beaucoup sont cependant illégales. Pour n'en citer que quelques unes, Alain Sanjaume, directeur général de Wunderloop France, indique que certains acteurs utiliseraient les numéros de licence de logiciels ou de machines, que d'autres auraient même créé des cookies non effaçables, et que certaines barres d'outils traquent aussi ce que font les internautes.

 

"La seule chose que l'on doit utiliser dans ce métier c'est le cookie, affirme-t-il, sous entendu celui qui est effaçable. Il est ainsi possible de paramétrer les navigateurs Internet pour éviter les cookies ou les antivirus pour les effacer. C'est pour cela que j'estime aberrant cet article de loi déposé lors de la conférence sur le droit à l'oubli et qui préconise l'obligation d'appliquer un opt'in sur la dépose de cookie."

 

Les FAI ont eux aussi été mis en cause pour avoir fourni des données de leurs clients. En Grande-Bretagne, la technologie de Phorm a provoqué bien des remous sur le marché mais la situation revient dans l'ordre progressivement après que la solution ait été successivement abandonnée pas les FAI britanniques avec British Telecom au premier plan (lire l'article Phorm s'attaque au ciblage comportemental de contenus, du 04/06/2009). Quant aux opérateurs français, "ils ne peuvent pas faire grand-chose car le cadre légal est très strict, fait remarquer Alain Sanjaume. Donc les données ne sont pas exploitables sur IPTV ou sur Internet. C'est très cloisonné et sérieux."

 

Au-delà, ce n'est peut-être pas la collecte des données qui pose le plus de problèmes mais l'utilisation qui est faite de ces données. Selon Alain Lévy, président de Weborama, le ciblage comportemental n'est pas a proprement parlé nouveau mais certains acteurs ont dépassé les bornes, poussant les internautes à la révolte. Pour lui le problème ne vient pas en fait du ciblage comportemental mais du retargeting. "Cette approche marketing est intéressante lorsqu'elle n'est pas brutale". Il entend par là lorsqu'il ne s'agit pas d'une utilisation trop abusive de la publicité personnalisée qui le poursuivrait partout où il surfe. 

Autour du même sujet