Comment les légumes rafraichissent leur image Les légumes miniatures pour une cuisine raffinée

le prix reste le principal frein à la généralisation des légumes miniatures.
Le prix reste le principal frein à la généralisation des légumes miniatures. © Prince de Bretagne

Les légumes miniatures existent depuis une bonne dizaine d'années mais la gamme ne cesse de s'élargir. Prince de Bretagne a par exemple lancé à l'été 2011 des mini poivrons rouges, oranges et jaunes de 4 cm de long. "Ils se dégustent crus en salade ou en tapas", explique Emmanuel Descloux, le directeur marketing de la marque. Une vingtaine de variétés ont ainsi trouvé leur place sur le marché : mini concombres, choux-fleurs, carottes, choux frisés, poireaux...

Mais s'ils plaisent beaucoup aux enfants, ces légumes ont la particularité d'être très coûteux à produire. "Le ramassage nécessite beaucoup plus de main d'œuvre", détaille Emmanuel Descloux. Le prix de revient est quasiment multiplié par dix. Du coup, la majorité des ventes grand public se concentre en période de fêtes, à la fin de l'année. "Nous les vendons aussi très bien auprès des restaurateurs haut de gamme", affirme Emmanuel Descloux. Néanmoins, une offre snacking avec par exemple des tomates cerises et mini concombres a réussi à percer en utilisation courante.

Autour du même sujet