Coup d'accélérateur sur la production automobile en France

La production automobile en France selon Xerfi Hausse de la demande et engagements pris par les constructeurs lors des accords de compétitivité soutiendront la fabrication de voitures "made in France" en 2015.

Bien qu'elle ait dégringolé en moins de dix ans de la 5e à la 13e place mondiale en termes de véhicules assemblés, la France en a encore sous le capot. C'est du moins ce que montre l'étude "L'industrie automobile", publiée par notre partenaire Xerfi qui anticipe une nouvelle hausse de la production automobile française pour 2015 (+3,3%) après une progression de 4% en 2014.

production de l'industrie automobile
Graphique tiré de l'étude "L'industrie automobile" de Xerfi. © Xerfi

Estimé à 62,2 en 2014, l'indice de production de l'industrie automobile devrait atteindre 64,2 points en 2015, soit une augmentation de 7,4% par rapport à 2013. Cette performance est toutefois à relativiser compte tenu du niveau historiquement bas qu'avait atteint la production de véhicules en France en 2013, comme le rappelle le graphique ci-dessus.

Plusieurs facteurs laissent toutefois présager que cette reprise est réelle et non pas simplement due aux faibles niveaux de production précédents. D'abord le, certes léger, rebond, de la demande : les immatriculations de voitures neuves sur huit mois glissants s'élèvent à 1 186 226 unités en août 2014, soit une hausse de 1,6% sur un an, selon les chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA). A cela s'ajoute "la dynamique créée par la signature en 2013 des accords de compétitivité" par Renault et PSA qui, en échange d'efforts salariaux, se sont engagés à produire respectivement au moins 710 000 et 1 million de véhicules en France. "Du côté de PSA, la production a notamment bénéficié des succès de la 308 et du 2008, respectivement assemblés à Sochaux et à Mulhouse", ajoute Xerfi. Les deux véhicules de la marque au lion figurent en effet parmi les 10 modèles les plus vendus dans l'Hexagone entre janvier et août 2014.

evolution du taux d'ebe 2
Graphique tiré de l'étude "L'industrie automobile" de Xerfi. © Xerfi

Les fabricants d'équipements profitent, par ricochet, de cette embellie. "La reprise de la production des équipementiers automobiles établis en France (+4% en 2014), se poursuivra en 2015", prévoit le cabinet d'analyses. En revanche, pas d'augmentation significative du taux d'excédent brut d'exploitation (EBE) à l'horizon pour ces professionnels qui pèsent 19,6% du chiffre d'affaires du secteur automobile en 2012.

La hausse du taux d'EBE des sociétés du panel, principalement composé d'équipementiers automobiles, sera limitée à 0,7 point en 2015 (+1,2 point par rapport à 2013). "Ils resteront soumis à de fortes pressions sur les prix de la part des constructeurs qui n'hésitent pas à les mettre en concurrence avec des opérateurs établis dans des pays à bas coûts", explique notre partenaire qui, plus loin, cite tour à tour l'Afrique du Sud, l'Espagne, l'Europe de l'Est ou encore l'Italie.

Une pression des prix à la baisse qui incite à un optimisme modéré, malgré l'amélioration indéniable du climat. "Le risque de défaillance dans l'industrie automobile restera à haut niveau à l'horizon 2015", prévient Xerfi.


Source

L'étude "L'industrie automobile" est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d'études économiques sectorielles.

 

 

Made in France