Les contrats de l'équipe de France de football Les sponsors ne sont pas égaux entre eux

capture d'écran du site internet de tf1 dédié à l'équipe de france.
Capture d'écran du site Internet de TF1 dédié à l'équipe de France. © TF1

Depuis ses succès dans des compétitions internationales, l'Equipe de France attire les sponsors comme des mouches. Si bien qu'elle leur a imposé une hiérarchie entre eux. Une hiérarchie en terme de visibilité qui se traduit par des tickets d'entrée différents. Il y a les "parrains", ce sont les plus gros poissons. Ce n'est pas la FFF qui négocie ces contrat mais Sportfive, encore elle. Mandaté par la Fédération qui lui verse une commission à ce titre, le gestionnaire de droits sportifs a convaincu Crédit agricole, Carrefour, TF1 et GDF Suez de soutenir les Bleus, jusqu'en 2010 pour les trois premiers, jusqu'en 2012 pour le dernier. Leur nom peut apparaître sur les tenues d'entraînement ou sur les panneaux en arrière-plan lors des conférences de presse.  Pour GDF-Suez, s'afficher comme "l'énergie des Bleus" lui coûte 2,5 millions d'euros par an. Idem pour TF1 qui peut relayer toutes les informations et les images de l'équipe sur un site dédié (voir photo). Mais certains contrats peuvent être plus élevés.

Au second rang, on trouve les "partenaires". Ils verseraient entre 1 et 1,3 million d'euros par an en échange de leur apparition dans l'environnement de l'équipe de France. Il s'agit de Coca-Cola, RTL, Ferrero, Toyota et SFR. Ce dernier dispose, par ailleurs, de contrats d'exclusivité sur l'information des Bleus. Enfin, les "fournisseurs", dont Sport 2000, BigMat, Danette Babyliss For Men et le Stade de France, déboursent un peu moins de 500 000 euros par an pour utiliser les Bleus dans leur communication. Pour ce prix là, ils peuvent utiliser l'image collective de l'équipe de France sur leurs packagings, dans la presse ou sur leurs lieux de vente. Tous les sponsors de l'équipe de France s'engagent généralement pour quatre ans.

Tf1 / Sport Business