Les 6 grands risques de la fintech selon le Forum Economique Mondial

Les innovations technologiques, bien que révolutionnaires, ont leur lot d'inconvénients. Des grands noms de la finance mettent en garde contre les risques que la fintech engendre.

Le Forum Economique Mondial (FEM) appelle les gouvernements, les grands acteurs financiers, et les start-ups fintech à s'unir et mettre en place davantage de réglementations pour arrêter la vague de nouveaux acteurs fintech qui deviennent selon lui un risque systémique pour l'économie.

Les nouveaux acteurs fintech deviennent un risque systémique pour l'économie

Dans un rapport coécrit par le consultant Olivier Wyman, l'organisateur du forum de Davos déclare : "les modèles de gestion traditionnels et les anciennes propositions de valeur des services financiers sont refaçonnés par de nouvelles idées, les acteurs clés du système doivent collaborer pour assurer que la croissance économique ne nuise pas à la stabilité systémique."

Dans le rapport titré "Understanding the impact of technology-enabled innovation on financial stability", il est écrit que : "le secteur financier est à un point d'inflexion", avec des start-up fintech dynamiques "désintermédiant" les tâches traditionnellement accomplies par les grandes banques.

En d'autres termes, la finance évolue et n'est plus seulement un ensemble de guichets où vous pouvez obtenir votre hypothèque, négocier des actions et souscrire à une caisse de retraite mais un ensemble d'acteurs spécialisés pouvant se concentrer sur un seul domaine grâce à des frais généraux réduits pas la technologie.

Le rapport explique que le recours à la technologie dans le secteur de la finance n'est pas chose nouvelle, tout comme un grand nombre des produits et services proposés par les nouveaux arrivants dans le secteur. En revanche, les nouvelles applications rendues possibles par la technologie et la vitesse à laquelle elles se créent rendent cette vague d'innovation différente de toutes celles que nous avons connues jusqu'alors dans les services financiers.

Le FEM et Oliver Wyman relèvent 6 grands avantages dans la fintech : un accès accru aux services financiers via des appareils comme les smartphones, des coûts plus bas, une meilleure gestion des risques, une diversification des risques, une collaboration renforcée et une concurrence plus vive.

Ces innovations font naître un ensemble de risques dans le système financier et ont des conséquences sur le capital humain

Mais il y a tout de même une mise en garde dans le rapport. Il est écrit que "les innovations liées à la technologie font naître un ensemble de risques, à la fois comportementaux et prudentiels, dans le système financier et ont des conséquences sur le capital humain (un accroissement de l'automatisation réduirait le nombre d'employés, par exemple)."

Voici les 6 principaux risques identifiés par Oliver Wyman et le FEM :

  1. Le prêt alternatif : le rapport avertit que les consommateurs pourraient réaliser de grosses pertes en ayant recours à des systèmes tels que le prêt entre particuliers qui permet à des personnes de prêter de l'argent directement à des entreprises ou particuliers. "Même si les sources de crédit alternatives sont correctement surveillées, bon nombre d'entre elles transfèrent le risque au consommateur final – qui peut perdre des sommes importantes à cause d'investisseurs médiocres qui ne comprennent pas le produit ou les risques qui y sont associés."
  2. L'électronisation du marché : d'après le rapport, le trading à haute fréquence, les "dark pools", et le recours aux plateformes de trading alternatives "font l'objet d'un contrôle rigoureux".
  3. La sécurité des données : A mesure que les entreprises deviennent de plus en plus dépendantes de la technologie et continuent d'accumuler des bases de données toujours plus conséquentes, il devient de plus en plus important (et difficile) de s'assurer que des systèmes résilients sont bien en place pour protéger les informations."
  4. Faute : Bien que les innovations liées à la technologie puissent favoriser le contrôle des activités des employés, elles peuvent également, en parallèle, servir d'amplificateur d'actions illicites qui ont échappé à la surveillance (comme l'activité délictueuse de trading algorithmique). De plus, les attentes élevées des actionnaires et la rude concurrence peuvent encourager la standardisation des dernières innovations liées à la technologie avant que l'environnement de contrôle des risques et de la conformité ne soit mis en place."
  5. L'efficacité des paiements : Les nouvelles méthodes d'envoi d'argent telles que l'utilisation des rails de bitcoin ou autre technologie de registres distribués peuvent avoir un impact sur l'efficacité des politiques monétaires et des mécanismes de transmission.
  6. Arbitrage réglementaire : dans de nombreux cas, lorsqu'une innovation est utilisée, le chemin vers la conformité n'est pas clair. En outre, la compétence réglementaire n'est pas toujours définie dans tous les pays et est basée sur la désignation de l'entité juridique d'une entreprise et non sur ses activités financières. Cette définition stricte des compétences réglementaires permet à certaines entreprises d'échapper au contrôle, réduit l'exportation des modèles d'entreprise et empêche l'innovation."

Adair Turner, ancien président de l'Autorité des Services Financiers, a également mis en garde contre les prêts entre particuliers en février, déclarant que : "au cours des 5 à 10 prochaines années, les pertes résultant des prêts entre particuliers feront passer les banquiers pour des génies du prêt."

Les innovations liées à la technologie peuvent également servir d'amplificateurs d'actions illicites

Cependant, Samir Desai, PDG de Funding Circle, une société qui permet aux particuliers de prêter de l'argent à des petites entreprises, a défendu le secteur lors de la conférence AltFi Europe, au cours de laquelle il a déclaré : "je ne suis pas d'accord avec ces histoires d'évaluations de crédits et je pense que de nombreuses plateformes vont invité Lord Turner à observer leurs méthodes pour le rassurer, car je pense qu'il est important de démonter concrètement cette critique plutôt que de se lancer dans une joute verbale."

Pour empêcher la fintech sous toutes ses formes de se transformer en un risque systémique, le FEM et Oliver Wyman font 4 recommandations primordiales : organiser un débat sur l'utilisation éthique des données, mettre en place un forum public-privé mondial pour discuter des innovations liées à la technologie dans le secteur de la finance, instaurer des standards internationaux pour contrôler les start-up fintech et créer un organisme de normalisation dans le secteur privé qui impose une bonne conduite aux nouveaux acteur du marché.

Vous pouvez lire le rapport complet ici.

Article de Oscar Williams-Grut. Traduction de Soraya Bouznada, JDN.

Voir l'article original : "WEF: Here are the 6 biggest risks in fintech"

Fintech