Les banques européennes s'enfoncent, les clients s'enfuient Les capitaux fuient les pays fragiles

Les capitaux se placent là où le risque est moindre. Dans une union monétaire où les écarts de risques sont grands, rien de bien étonnant à ce que des inégalités de répartition des capitaux se forment... et se renforcent en temps de crise. Depuis 2008, le montant des capitaux disponibles à court terme (moins de 3 mois) stagne ou baisse en Grèce et en Espagne. A l'inverse, il augmente notablement en Allemagne et progressivement en France.

source : bank of holland
Source : Bank of Holland © JDN

Mais les capitaux ne se cantonnent pas aux pays "à peu près sûrs" de la zone euro. Les paradis fiscaux et les pays émergents sont les nouveaux récupérateurs de cette fuite de capitaux. Par exemple, le cabinet d'audit PricewaterhousCoopers a estimé récemment  que les actifs détenus par les banques indonésiennes seraient multipliés par 27 entre 2009 et 2050, passant de 187 à 5 100 milliards de dollars. Sur la même période, ceux de la France seraient seulement multipliés par 2.

Crise financière / Zone euro