2018, l'invasion des robots

Dans trois ans, les robots industriels seront plus de 2 millions dans le monde et près de 26 millions de robots de service se seront écoulés.

La robotisation est en marche. Ou plutôt, elle courre. Et pas seulement dans l'industrie, non, dans toute la société. Selon la nouvelle étude annuelle World Robotics, entre 2015 et 2018, il se sera vendu la bagatelle de 25,9 millions de robots de service à usage personnel ou domestique. Comprendre des robots-aspirateurs ou des robots-tondeuse en particulier. L'an dernier, il s'en est déjà écoulé 4,7 millions, un chiffre en hausse de 28%.

Outre les tondeuses, aspirateurs et autres nettoyeurs de sols, explique l'International Federation of Robotics (IFR), qui publie l'étude, la robotique de service est tirée par les robots de loisir et ceux d'assistance pour personnes handicapées et/ou âgées. Cette dernière catégorie connaît une croissance fulgurante, même si les volumes restent faibles : 4 416 unités vendues en 2014, contre 699 en 2013, et une hausse supérieure à 500% encore attendue cette année, calcule la fédération.

L'IFR s'est aussi penchée sur les producteurs de ces appareils :

Une fois n'est pas coutume, l'Europe est le territoire qui compte le plus de producteurs : elle arrive en tête, avec 131 fabricants répertoriés, contre 113 en Amérique du Nord et 73 en Asie. Un podium qui peut s'expliquer par la jeunesse du secteur. La prime est encore donnée à l'innovation, et non aux capacités de production ou de distribution, et les start-up se comptent en nombre : elles représentent 15% des sociétés, une proportion qui "augmente rapidement".

Ces entreprises sont aussi implantées là où les acheteurs se trouvent. En tout, les ventes de robots de service à usage domestique pèseront 12,2 milliards de dollars sur la période 2015-2018, calcule l'IFR.

Malgré des ventes en volumes qui impressionnent, on est donc encore loin du marché de la robotique industrielle en termes de valeur. Celui-ci aurait cumulé 10,7 milliards de dollars de vente sur la seule année 2014, alors que moins de 180 000 robots se sont vendus. Des chiffres qui sont attendus en hausse, avec une croissance annuelle moyenne de 15% entre 2015 et 2018 :

En 2018, ce sont pas moins de 400 000 machines à vocation industrielle qui devraient être fournies dans le monde, en particulier aux industries automobile, électronique et électrique, et la majeure partie en Asie. Un continent qui est déjà à l'origine de la croissance de ces dernières années (+41% d'achats en 2014).

Trois pays asiatiques font d'ailleurs partie des cinq premiers marchés de la robotique industrielle (70% du marché total à eux 5) : la Chine, le Japon et la Corée.

Les Etats-Unis et l'Allemagne complètent ce classement de tête. Et la France ? Accuse-t-elle toujours le retard en matière de robots industriels dont le JDN vous parlait l'an dernier ?

Il faut croire que oui, à la vue des chiffres disponibles :

Alors que la plupart des pays s'équipent, le stock de machines continue de stagner dans l'Hexagone : de 32 233 en 2014, il passerait à  32 300 fin 2015, soit une hausse de 0,2% contre 10% en Allemagne ou 56% en Chine. Et les projections pour 2018 ne sont guère brillantes : la croissance française se limitera à 4% contre 18% outre-Rhin et 25% outre-Atlantique. Elle courre, elle courre la robotisation, mais elle ne va pas partout.

Robotique