Les privilèges des sénateurs Une prime de nuit versée le jour

l'hémicycle du sénat, où les sénateurs débattent.
L'hémicycle du Sénat, où les sénateurs débattent. © Christophe Pelletier

Outre leur salaire, les employés du Sénat ont droit à une prime de nuit qu'ils touchent même s'ils ne travaillent que de jour.

« Revenons sur le régime de primes de nuit, hyperavantageux. Au palais du Luxembourg, en toutes saisons, la nuit commence à 19 h 05. À cette heure-là, les rémunérations sont majorées pour tous. Elles grimpent d'un cran supplémentaire à 23 h 05, et d'un dernier cran au bout de la nuit, exactement à 4 h 05, heure à partir de laquelle elles sont quadruplées.

Par convention, tous, qu'ils soient ou non présents sur place -même s'ils dorment tranquillement chez eux, et même s'ils sont en congé-, tous les mille deux cent vingt et quelque fonctionnaires du Sénat ont droit à des primes de nuit forfaitaires. Tous : huissiers à chaîne, jardiniers, rédacteurs des comptes rendus de séance ou de commission, surveillants du jardin, administrateurs -surnommés par les assistants parlementaires les "petits gris" en raison de leur ressemblance-, agents d'accueil, secrétaires généraux, directeurs divers et variés, bibliothécaires, lingères. Tous et même les chauffeurs.

Comme au pays des merveilles, un minimum de primes de nuit est garanti aux mille deux soixante employés, même s'il n'y a pas la moindre séance de nuit en perspective ! "Quant aux heures de nuit effectivement effectuées et payées, précise Claude Lévy, elles donnent lieu de surcroît à des récupérations en temps." »

Privilèges