Georgina Rinehart, la femme qui valait 100 milliards de dollars

Georgina Rinehart L'Australienne est à la tête d'une entreprise minière dont les projets devraient lui rapporter des milliards.


Première fortune de son pays, Georgina Rinehart pourrait bien devenir la femme la plus riche du monde. Pour l'instant, cette Australienne de 56 ans est déjà patronne et unique propriétaire de la société minière Hancock Prospecting, mère de quatre enfants, lobbyiste acharnée, futur magnat des médias et 98e femme la plus puissante du monde selon le magazine Forbes.

20 années de flair et de pugnacité employés à redresser l'entreprise moribonde héritée de son père.

Pour en arriver là, il lui a fallu 20 années de flair et de pugnacité employés à redresser l'entreprise moribonde héritée de son père. Tout en épuisant deux maris et un nombre impressionnant de cadres supérieurs tant elle ne supporte pas le manque de loyauté (à savoir ne pas réaliser à la lettre ce qu'elle ordonne).

Aujourd'hui, le patrimoine de Georgina Rinehart est estimé à 9 milliards de dollars. Où sont les 91 milliards qui pourraient faire d'elle la personne la plus riche du monde avec une fortune de 100 milliards de dollars selon la presse australienne ? Dans le futur et surtout dans le sous-sol australien, où sont prévus trois nouveaux projets miniers de Hancock Prospecting. Trois projets classés par Citigroup dans les 10 plus importants au monde et qui, à plein régime, permettront d'extraire chaque année 55 millions de tonnes de minerais de fer et 60 millions de tonnes de charbon.

C'est à partir de ces prévisions et des performances actuelles de Hancock Prospecting ainsi qu'en se basant sur la valorisation de Rio Tinto, un géant minier coté en bourse, que les 100 milliards sont estimés, à la double condition que l'entreprise de Georgina Rinehart maintienne sa profitabilité et que le prix des matières premières reste à un niveau élevé. Beaucoup d'hypothèses, certes, mais le potentiel est réel.

Georgina Rinehart compte bien utiliser son argent pour promouvoir un courant de pensée conservateur et libéral.

D'ici là, Georgina Rinehart compte bien utiliser son argent à étendre son influence. La femme d'affaires a déjà acquis 10% d'un des principaux groupes de médias australiens (Ten Network Holdings, où l'on trouve notamment le fils de Rupert Murdoch) et une participation dans l'éditeur Fairfax Media. Objectif : promouvoir un courant de pensée conservateur et libéral, qui lutte contre les taxes et les entraves administratives (en particulier environnementales et sociales). On l'a déjà vue juchée à l'arrière d'un camion pousser la chansonnette avec un autre milliardaire pour protester contre les impôts. Le refrain : "Ax the tax !" ("Coupe la taxe").

Autres sujets de préoccupation : la criminalité (elle réclame plus de police), les finances publiques ("Nous vivons au-dessus de nos moyens") et le réchauffement climatique. Elle conteste ce dernier, jusqu'à sponsoriser la tournée australienne de l'un des leaders mondiaux des climato-sceptiques, le britannique Christopher Monckton. Tout ça avec 9 milliards de dollars. Et avec 100 ?