La poussée du jardinage urbain De nouveaux métiers apparaissent

une terrasse parisienne.
Une terrasse parisienne. © C Vert

Cette tendance lourde des citadins à vouloir disposer d'un jardin a ouvert des perspectives à de nombreux entrepreneurs. Ainsi, Charles du Merle, un jardinier de la ville de Paris a créé son entreprise, C Vert, en octobre 2009. Son business ? Créer et entretenir des jardins pour les citadins. "Quelques semaines après que je me sois lancé, j'étais déjà submergé de demandes", assure-t-il". En région parisienne où il concentre l'essentiel de son activité, il propose de petits devis de 300 à 400 euros, mais certains clients sont prêts à mettre entre 15 et 20 000 euros pour aménager une terrasse. Mais, une fois le jardin créé, sa clientèle le rappelle souvent pour avoir de petits conseils. "Je le fait par téléphone, un peu à la façon d'un médecin de famille, explique-t-il, mais je réfléchis à mettre au point une offre d'entretien couvrant les balcons que j'aménage.

L'engouement des urbains, Sylvain Lordanoff aussi le constate depuis quelques mois. Il exerce un métier peu ordinaire : promoteur de jardin ! "Je cherche des terrains à acheter et je les revends à des particuliers sous forme de jardins aménagés, explique-t-il. Pas des bidonvilles de jardin, de vrais beaux jardins arborés à quelques kilomètres des centres-villes." Après des débuts difficiles, son entreprise commence à rencontrer sa clientèle. Il loue des parcelles de 200 m² pour 50 euros par mois, la somme que sont prêtes à mettre des personnes qui veulent s'offrir des après-midi jardinage. L'entrepreneur a déjà une dizaine de résidences de jardin à son actif.

Autour du même sujet