Les capteurs de Mobileye se mettent au service de la smart city

Les capteurs de Mobileye se mettent au service de la smart city L'entreprise israélienne spécialisée dans les systèmes d'aide à la conduite veut fournir aux villes des données en temps réel sur leurs infrastructures routières et une cartographie haute-définition de leur territoire.

On connaissait jusqu'ici Mobileye comme un précieux partenaire de l'industrie automobile. La société israélienne, rachetée par Intel  en mars pour 15 milliards de dollars (12,7 milliards d'euros), produit des systèmes d'aide à la conduite permettant, grâce à des capteurs, des technologies de vision par ordinateur et d'apprentissage machine, de détecter puis empêcher une collision imminente. Des solutions qui trouvent toute leur place dans l'industrie naissante du véhicule autonome. Mais au salon Smart City Expo de Barcelone, qui s'est achevé le 16 octobre, Mobileye a annoncé une nouvelle  fonctionnalité, 8 Connect, qui pourrait aussi en faire un allié des villes.

D'abord grâce à son cœur de métier, l'évitement des collisions. Analyser les accidents qui ont failli se produire et leur localisation permet d'en éviter de véritables, explique Lior Sethon, directeur adjoint de Mobileye, en charge du marché secondaire (tout ce qui ne concerne pas la relation avec les constructeurs auto). "Nous considérons ces accidents évités de justesse comme de vrais accidents, car si vous comparez la carte des collisions évitées et celle des vrais crash, vous pouvez presque les superposer."

Cartographier la ville en 3D

En fournissant ces données en temps réel aux villes, elles pourraient se rendre compte d'un problème de circulation ponctuel dans un quartier. Et leur analyse historique permettrait aux collectivités d'identifier des routes particulièrement accidentogènes dont l'aménagement mériterait d'être revu. Autre client potentiel : les autorités de transport, qui pourraient utiliser les alertes en temps réel de Mobileye pour prévenir leurs chauffeurs de bus d'un danger imminent. Un peu comme ce que fait Waze grâce au crowdsourcing des utilisateurs, mais de manière automatisée. Les accidents potentiels ne sont pas la seule information que pourrait fournir Mobileye, ajoute Lior Sethon. "Nous voulons utiliser nos équipements d'aide à la conduite comme des agents intelligents pour les villes, qui pourront collecter toutes sortes de données sur l'état du trafic, les feux et panneaux de circulation, le marquage au sol, les places de parking disponibles…"

L'autre volet de cette offre aux villes est la cartographie. Mobileye, qui travaille déjà avec certains constructeurs pour cartographier des zones dans lesquelles ils souhaitent tester leurs véhicules autonomes, veut proposer aux villes un accès à des cartes haute-résolution en 3D de leur territoire. Elles sont indispensables pour permettre à un véhicule autonome de se déplacer. Les villes qui souhaitent favoriser l'arrivée de voitures sans chauffeur devront donc en disposer, tout comme les entreprises du secteur. Les villes ont donc autant à y gagner que les entreprises, estime Lior Sethon, d'autant que "les premières collectivités à acquérir ces cartes seront les premières à accueillir des véhicules autonomes." Mobileye lancera deux premiers projets pilotes en mars ou avril 2018 à Jérusalem et Düsseldorf. Faut-il voir dans ces nouvelles offres une menace pour les sociétés de cartographie et de navigation ? Lior Sethon s'en défend. "Nous les voyons plutôt nous acheter des données. Nous ne sommes ni une entreprise de navigation, ni de cartographie. Nous fournissons seulement des informations détaillées."

Et aussi

Villes / Voiture autonome

Annonces Google