Jacques Stern (PDG d'Edenred) "Les défenseurs des titres repas, ce sont les utilisateurs"

Le PDG d'Edenred reconnait volontiers que la plupart de ses produits prépayés "bénéficient d'un cadre réglementaire favorable". C'est le cas du Ticket Restaurant sur lequel ne pèse aucune charge sociale. "Il y a de la part de l'Etat un investissement pour créer un cadre réglementaire et fiscal favorable," admet-il. Mais, selon lui, la contrepartie pour l'Etat est qu'il peut récupérer de la TVA et voir des emplois se créer. Ces niches fiscales sont donc, selon lui, neutres voire positives pour l'Etat. Aussi, il ne les voit pas vraiment menacées. Car pour lui, ce sont surtout les particuliers et les commerçants qui en profitent.

Introduction en Bourse