Jacques Stern (PDG d'Edenred) "Accor n'a plus besoin du cash des services"

Jacques Stern explique que chez Accor pendant de longues années, "l'hôtellerie s'est appuyé sur le cash des services pour se développer". Mais en 2004, le groupe a changé de stratégie. Il est passé "d'un milliard par an à 250 millions d'euros par an d'investissement pour acheter ou construire des hôtels." Dans la mesure où les investissements dans l'hôtellerie ont été réduits, Jacques Stern justifie donc la scission par cette moindre complémentarité entre les deux branches et sur l'absence "de synergies commerciales entre un vendeur de Ticket Restaurant et celui d'une chambre d'hôtel."

Accor / Introduction en Bourse