Un PC très mini, mais costaud : le Revo Des résultats de tests

Si, sur le papier, la machine est tout à fait alléchante, en réalité c'est un poil plus mitigé. Deux raisons à cela : le processeur Atom marque clairement ses limites, et l'accélération de la carte graphique est dans les faits rarement effective.

Adobe Première Pro CS4, le logiciel de montage bien connu, en est un bon exemple. On nous promet donc une accélération, mais elle ne concerne en réalité que l'encodage. Le montage en lui même reste laborieux, l'application des effets pénibles. Le calcul de prévisualisation, déjà le boulet de Première en temps normal, rend ici le logiciel quasi-inutilisable sur un processeur si indigent.

Vaille que vaille on tente un export avec encodage de quelques bouts de vidéo et là, effectivement, les choses s'accélèrent. C'est près de 10 fois plus rapide qu'un simple calcul de prévisualisation. Mais cela ne rend pas le logiciel utilisable pour autant. 

l'accélération par la carte graphique ne marche, visiblement, que sur l'encodage
L'accélération par la carte graphique ne marche, visiblement, que sur l'encodage © L'Internaute Magazine

En revanche, Windows Movie Maker marche très bien. Idem pour Power DVD 9, très fluide et qui permet de regarder des vidéo HD sans problème

En jeu, le contrat est également rempli, Spore est parfaitement fluide. Les jeux plus exigeants deviennent en revanche à peine jouables. Call of Duty 4 Modern Warfair tourne autour de 30 images par secondes (ce qui est correct), avec quelques chutes en-dessous des 20, en résolution 1024x768 et réglages graphiques moyens/bas. Cela devient plus limite pour les jeux basés sur le moteurs d'Half Life 2 (Half Life 2, Team Fortress 2, Portal, Left4Dead...).

le début de call of duty 4, sur le revo, en 30 images par secondes en moyenne
Le début de Call of Duty 4, sur le Revo, en 30 images par secondes en moyenne © Activision / L'Internaute Magazine

 

 

Autour du même sujet