Bien rédiger la rubrique "centres d'intérêt" de votre CV Eviter de se mettre en difficulté

La partie "centres d'intérêts" d'un CV n'échappe pas, au même titre que les autres rubriques qui le composent, aux affres du mensonge. On peut avoir envie d'affirmer que l'on s'y connait en littérature russe ou en histoire de la Renaissance parce que cela fait chic. C'est s'exposer alors au risque de se faire confondre au moment de l'entretien. Si vous prétendez être un féru de peinture surréaliste sans rien y connaître, un amateur qui voudrait en discuter avec vous n'aura aucun mal à vous démasquer. C'est un mensonge d'autant plus futile que dans bien des cas, ces mentions ne sont pas éliminatoires.

Attention aux sujets polémiques

S'il est dangereux de mentir sur son CV, il faut parfois savoir prendre des pincettes.

Mentir c'est s'exposer au risque d'être confondu.

"Evitez tout ce qui pourra choquer, conseille Mélissa Choby. Ne mentionnez pas les activités marginales qui pourraient vous fermer des portes." Si la photo de charme est à vos yeux une activité artistique à part entière, le recruteur ne sera peut-être pas du même avis. Mieux vaut alors s'abstenir de le mentionner. "Les sujets politiques et religieux doivent eux aussi rester dans votre sphère privée, ajoute Mélissa Choby. Ils n'ont pas leur place dans le CV."

Curriculum vitae