La communication contribue à l'augmentation de la rentabilité

Contrairement aux prévisions de bien des experts, le contexte actuel de crise économique mondiale encourage un nombre croissant d'entreprises à étendre leurs perspectives d'activité à l'étranger, afin d'adopter des stratégies commerciales plus internationales.

Contrairement aux prévisions de bien des experts, le contexte actuel de crise économique mondiale encourage un nombre croissant d'entreprises à étendre leurs perspectives d'activité à l'étranger, afin d'adopter des stratégies commerciales plus internationales. De plus en plus souvent, les entreprises et leurs employés sont amenés à communiquer et coopérer avec nombre de clients, collègues, fournisseurs et partenaires implantés à l'étranger. Dans ce contexte, la prospérité d'une entreprise repose sur l'attitude qu'elle choisit d'adopter envers ses salariés en privilégiant le niveau de compétence et de qualification de ses employés. Avec pour objectif la transmission effective et efficace d'information au sein du groupe, afin que tous puissent profiter pleinement des opportunités qui leurs sont présentées. Je pense en effet qu'une bonne communication constitue un vecteur de croissance primordial en matière de commerce international et de gestion d'entreprise.
Dans un sondage réalisé pour le groupe de soutien éducatif EF Education First en partenariat avec l'institut de recherche économique (EIU), sur un total de 600 cadres interrogés près de la moitié (49%) a reconnu que divers malentendus et incompréhensions avaient fait échouer plusieurs contrats internationaux majeurs, impliquant ainsi des pertes financières considérables pour leur entreprise. Ce manque à gagner est encore plus important dans le cas des entreprises brésiliennes et chinoises, avec une proportion d'échec d'accords internationaux s'élevant respectivement à 74% et 61%. Il semble ainsi que les différences linguistiques et culturelles constituent des obstacles majeurs au développement et au succès des entreprises à l'échelle internationale. Cet état de fait est problématique, surtout pour les entreprises qui ont tenté une première incursion au-delà des frontières de leur marché domestique : environ deux tiers d'entre elles (64%) confirment que nombre de différences linguistiques et culturelles gênent le renforcement de leur présence sur les marchés étrangers.
Ces défis sont d'autant plus grands que parmi les groupes sondés, près de neuf entreprises sur dix prévoient une augmentation de leur clientèle implantée à l'étranger dans les trois prochaines années, tandis que plus de trois quarts des sociétés interrogées (77%) souhaitent consolider leur présence opérationnelle à l'étranger. Lorsque l'on prend en compte tous ces facteurs, il semble essentiel que les entreprises fassent leur possible pour donner à leurs employés les moyens d'acquérir les compétences nécessaires à une communication efficace, afin d'aboutir à une entente par-delà les frontières.
La plupart des cadres interrogés (68%), tous pays confondus, considèrent que l'anglais est la véritable langue du commerce international, suivi du mandarin et de l'espagnol. Aujourd'hui plus que jamais, notre devoir est d'investir dans la formation de nos équipes pour qu'elles puissent mieux communiquer et s'exprimer dans ces langues si nous voulons réellement développer notre activité à une échelle mondiale. Les entreprises actuellement en mesure de communiquer à travers ces langues possèdent un avantage certain, mais elles doivent aussi veiller à ce que leurs employés soient capables de communiquer de manière efficace tout en s'adaptant aux nuances propres à chaque culture. Près de 90% des cadres interrogés pensent qu'une meilleure communication avec leurs partenaires étrangers permettrait une augmentation de la rentabilité, des revenus et des parts de marché de leur entreprise. En revanche, ils soulignent aussi un réel besoin d'intensifier l'offre de formation afin de perfectionner les compétences de leurs employés en matière de communication et d'apprentissage des langues. Les chefs d'entreprises avaient déjà admis l'existence de ce problème, mais le fossé entre connaissance des faits et action concrète ne cesse de s'élargir : il faut maintenant agir.
C'est maintenant ou jamais. Les entreprises françaises doivent désormais viser une clientèle internationale et créer des liens avec les marchés étrangers afin de favoriser la croissance économique. Le temps est venu de concentrer nos efforts sur la formation de nos employés et nouvelles recrues dans le domaine des langues et de la communication.

Autour du même sujet