Avez-vous peur de parler en public ? Essayez ceci

Gretchen Rubin nous livre les conseils qui lui ont permis de mieux faire face à l'anxiété de cette situation à haute pression.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

La peur de parler en public, ou glossophobie, est l'une des peurs les plus répandues. Je me souviens encore très bien de mon trac avant de présenter mon exposé sur le corail en CM².
Je suis toujours nerveuse avant de parler en public, mais pas autant qu'avant. J'ai compilé sur une liste les conseils qui m'ont été utiles.
Malheureusement, le conseil le plus efficace est celui que les personnes atteintes de glossophobie auront le moins envie d'entendre : parlez plus souvent en public ! L'entrainement vous facilitera la tâche.

J'ai remarqué que les gens sont sujets à cette peur dans différentes situations. Un de mes amis se sent parfaitement à l'aise devant une foule de 500 personnes mais il redoute d'avoir à s'exprimer devant un petit groupe de 20 personnes. Un autre ami tressaillit à l'idée de passer à la télévision tandis qu'un autre ami préfère largement passer à la télé que de parler devant un vrai public. 

Voici dix-sept conseils pour venir à bout de la peur de parler en public :

Présentation 

  • Soyez prêts. Je n'écris pas chaque mot que je vais prononcer mais je prépare des notes et les répète plusieurs fois. C'est efficace pour moi. D'autres préfèrent improviser. Mais quoi qu'il arrive, mieux vous serez préparé, plus vous vous sentirez détendu.
  • Entraînez vous mentalement. Cela peut sembler étrange mais s'imaginer parler de manière détendue et efficace face à la foule est une excellente préparation. Afin de rendre l'exercice mental aussi proche du véritable discours…
  • Essayez d'aller sur le lieu du discours. Le fait d'avoir déjà vu l'endroit où vous parlerez vous rendra bien plus à l'aise. Faites bien attention au système audio qui va être utilisé: serez-vous équipé d'un micro ? Un micro accroché à son pied ? Un micro sans fil ?

Plus tôt ce jour-là :

  • Ne faites rien d'inhabituel. Ne faites pas la sieste si vous ne faites pas habituellement la sieste. Ne sautez pas un repas. La nervosité pourrait vous faire perdre l'appétit mais vous aurez besoin d'énergie plus tard. Ne vous faites pas un soin du visage – une amie s'est fait un soin du visage le jour de son mariage afin d'avoir la peau éclatante. Au lieu de ça, elle a eu la peau rouge et couverte de tâches.
  • Dépensez vous. Faire de l'exercice vous aidera à vous sentir détendu et concentré. C'est un bon moyen d'expier son stress et ses tracas. De plus, en cas de nervosité extrême, vous n'arriverez probablement pas à vous concentrer sur autre chose donc faire du sport est une bonne manière de faire passer le temps.
  • Vérifiez vos notes et votre équipement. Assurez vous qu'il ne vous manque une aucune page ! Si j'utilise des notes, je numérote chaque page pour facilement vérifier qu'elles sont toutes là. Mon amie devait animer une table ronde en public, à laquelle j'assistais. Elle a sorti ses notes et s'est exclamée "Oh mon dieu, j'ai pris les mauvaises feuilles". elle s'est en magnifiquement bien sorti en improvisant mais tout le monde n'est pas capable d'une telle prouesse.  De la même manière, si vous comptez vous servir de matériel audio ou vidéo, assurez vous que tout fonctionne correctement

Quoi porter :

  • Vous transpirerez bien plus que d'habitude donc habillez vous en conséquence.
  • Si vous ne connaissez pas le système audio ou si vous porterez un micro, mettent une veste ou une chemise, auxquels on peut attacher un micro. Un pull à col roulé n'est, par exemple, pas l'idéal dans cette situation.
  • Pour les femmes: portez des talons bas ou des chaussures plates. Avoir les genoux qui tremblent est un symptôme du trac et porter des talons l'amplifiera jusqu'au point où vous aurez l'impression de pouvoir tomber en avant à tout moment.

-   Juste avant :

  • Agissez comme vous voudriez vous sentir. C'est mon troisième commandement et il est très efficace. Soyez délibérément calme et enthousiaste. Cela vous aidera à vraiment l'être. Plus particulièrement…
  • Concentrez vous sur le fait de faire monter votre niveau d'énergie. Une personne énergétique est plus intéressante à écouter mais nous sommes pourtant nombreux à baisser notre niveau d'énergie quand nous sommes nerveux. Faites donc l'effort de vous motiver.
  • Baissez vos épaules et sourcils. Sous le coup de la nervosité, ces parties du corps ont tendance à s'élever, ce qui vous donnera l'air et la sensation d'être tendu.
  • Prenez de profondes inspirations mais concentrez vous sur le fait d'expirer. Essayez maintenant. Inspirer très fort me donne presque une sensation de panique alors qu'expirer profondément me détend.
  • Étirez vos bras au-dessus de votre tête et effectuez quelques mouvements circulaires. Vous vous sentirez plus détendu.

Expression :

  • Prenez votre temps au début. J'ai tendance à me presser en amont pour rapidement entrer dans le vif du sujet. J'ai toutefois remarqué que je me sens – et semble - plus détendue quand je prends mon temps avant de vraiment commencer. En tant que spectateur, ça ne m'a jamais posé de problème que l'orateur ajuste le micro, organise ses feuilles, prenne une gorgée d'eau ou autre. Encore une fois, agissez comme vous voulez être: détendu.
  • Si vous êtes debout, n'oubliez pas de bien répartir votre poids entre vos deux pieds. Sinon, il est facile de commencer à se balancer d'un pied à l'autre, ce qui peut devenir une distraction pour vous et votre auditoire.
  • Si vous êtes assis, ne vous appuyez pas trop au dossier de la chaise. Cette position vampirise votre énergie et favorise l'immobilité. Asseyez vous au bord de votre siège (pas non plus au point de tomber). Si vous croisez les jambes, croisez les de sorte à ce que le genou le plus éloigné du public soit par-dessus l'autre. Ceci orientera votre corps vers le public.
Rappelez vous que même si vous échouez, ce n'est pas une catastrophe. Comme je l'ai appris en écrivant Forty ways to look at Winston Churchill (Quarante manière de regarder Winston Churchill, NDLR), plus tôt dans sa carrière, Winston Churchill a été humilié à cause d'un trou de mémoire pendant un discours, et à partir de ce moment-là, il a choisi d'entièrement rédiger ses discours jusqu'aux annotations personnelles "Pause; cherche un mot", "Bégaye, corrige-toi" pour donner l'impression qu'il improvisait. Il a finalement eu une carrière plutôt correcte.
 

Quelles stratégies ont marché pour vous pour faire face à la peur de parler en public ?

Traduction par Shane Knudson, JDN
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme
Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 500 leaders d'opinion. Retrouver la version originale en anglais ici.

Autour du même sujet