Banques et Responsabilité Sociétale des Entreprises : quel accompagnement pour demain ?

La RSE est en plein essor. Les critères extra financiers sont de plus en plus utilisés dans l’évaluation des entreprises. Cela explique le succès d’une initiative innovante : l’intégration de critères RSE dans la cotation Banque de France.

L’intégration de critères RSE dans la cotation Banque de France[1] est un levier particulièrement stratégique pour essaimer la RSE et sensibiliser le plus grand nombre de dirigeant(e)s. En complément du recueil des indicateurs comptables quantitatifs pour attribuer une note, près de 50 000 entretiens de cotations sont menés chaque année. Des analystes rencontrent de visu les dirigeant(e)s afin de les évaluer finement avec des éléments contextuels, comme par exemple la stratégie de l’équipe dirigeante ou l’évolution du marché sur lequel elle opère. C’est en particulier à travers ces entretiens  de cotations que l’intégration de la RSE est aujourd’hui envisagée par la Banque de France.

Revenons sur la genèse du projet. En 2013, des acteurs économiques fortement impliqués au sein de l’écosystème territorial RSE[2], se sont saisis du sujet et ont entamé un travail de réflexion avec le monde bancaire représenté par la Banque de France et la Fédération Bancaire Française (FBF). Tous convaincus de la corrélation entre démarche RSE et performance globale, et de l’importance des banques dans ce processus,  ils ont imaginé, avec l’appui de la Chaire RSE d’Audencia Nantes, une méthodologie pour sensibiliser les experts « entreprise » des banques sur l’analyse de la démarche RSE en tant que facteur positif de solvabilité des entreprises.

Pour cela, ils ont réuni lors d’un premier séminaire à Audencia les banques de la place pour leur proposer de co-construire un questionnaire succinct et accessible pour sensibiliser les chargés d’affaires et risk managers à la démarche RSE engagée par les entreprises et apprécier la réduction des risques associée. L’objectif était également d’intégrer ces éléments pour formaliser une trame identifiée RSE utilisable lors des entretiens effectués avec leur clientèle entreprise.

Suite à cette première rencontre, chacun a constaté qu’il était désormais plus que nécessaire, afin de convaincre le plus grand nombre, de prouver l’efficience des démarches RSE et leur impact sur la santé financière des entreprises. Une étude d’envergure est déployée depuis plusieurs mois sur toute la France en partenariat avec le CJD France[3] qui vise à comparer la performance des entreprises du réseau des jeunes dirigeants et les entreprises inscrites au FIBEN[4]. L’étude part du postulat que les entreprises membres du CJD, de par leur engagement au sein du réseau et la sensibilité de celui-ci aux enjeux de performance globale, sont de fait impliquées en matière de RSE. L’hypothèse est que ces entreprises ont une meilleure cotation que la moyenne nationale. Les résultats seront connus en septembre 2015.

Conjointement, une nouvelle rencontre a été organisée en juin 2015 pour imaginer quel sera l’accompagnement des banques dans les démarches RSE futures. Quelles solutions de financements innovantes les banques pourront-elles proposer demain aux entreprises responsables ? Près de 150 personnes (banques, réseaux économiques, écoles, collectivités locales…) ont planché en petit groupe hétérogène. L’exercice de design thinking a fait émerger au sein de ces groupes plusieurs pistes innovantes sur le développement de produits bancaires dédiés aux entreprises engagées. Les regards croisés ont également permis de constater que l’existant en matière d’accompagnement était encore trop méconnu. Les initiatives foisonnent dans l’écosystème territorial RSE : le prêt Pays de la Loire RSE dédié aux entreprises responsables, le FRAC RSE qui finance l’accompagnement, la plateforme RSE de la métropole nantaise qui vise à valoriser les bonnes pratiques dans les TPE & PME… Ces dispositifs répondent à une attente des acteurs économiques et doivent être sans cesse valorisés auprès de tous les secteurs d’activités. Le fort engagement des acteurs en matière de RSE et leur capacité à expérimenter ensemble font de notre territoire un véritable terrain d’innovation.

Plus globalement, la RSE est devenue, au fil des années, incontournable. Vous êtes une entreprise et vous hésitez encore : n’attendez pas pour vous lancer ! La RSE n’est pas une lubie et votre banque l’a bien compris.


[1] La « cotation Banque de France » est une appréciation de la Banque de France sur la capacité de l'entreprise à honorer ses engagements financiers à un horizon de trois ans. 

[2] Audencia Nantes Ecole de management, Centre des Jeunes Dirigeants Nantes (CJD Nantes) & les Dirigeants Responsables de l’Ouest (DRO)

[3] Le CJD compte 4500 adhérents – Entrepreneurs et cadres dirigeants - répartis en France. L’association repose sur la conviction qu’une économie au service de l’Homme incarne la clef de la compétitivité des entreprises.

[4] Base de données générée par la Banque de France qui recense 250 000 entreprises en France selon leur capacité à honorer leurs engagements financiers.

Autour du même sujet