Garantie, prêt, financement : comment se faire aider par Oséo

Garantie Oséo Pour favoriser le développement et l'innovation des PME, Oséo les soutient lors de leur création ou leur développement. Voici comment obtenir son aide.

Surnommé "l'entreprise des entrepreneurs", Oséo est un organisme public qui encourage l'investissement des PME. Trois types d'aides peuvent être sollicités : le soutien à l'innovation, la garantie des financements bancaires et le cofinancement. Pour obtenir son appui, l'entrepreneur doit se conformer à certaines règles qui dépendent du dispositif concerné.

 

La garantie bancaire

Oséo peut intervenir auprès des banques, en garantissant une partie des emprunts contractés par les PME. Ce dispositif est réservé aux entreprises réalisant moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires annuel et comptant moins de 250 salariés. En revanche, il se montre très ouvert sur l'objectif du prêt : création, investissement, restructuration financière... Environ 80 000 garanties de prêts pour TPE et PME sont octroyées chaque année.

Dans ce cadre, l'organisme est sollicité par les banques elles-mêmes. Ces dernières, en obtenant ainsi l'assurance d'être en partie remboursées en cas d'impayés, consentent à octroyer des prêts plus risqués ou des taux plus intéressants. "Si les entrepreneurs n'ont pas à démarcher eux-mêmes Oséo, nous les encourageons cependant à en parler à leur banquier", explique Anne Guérin directrice de la région Ile-de-France Ouest. Par ailleurs, l'organisme se décide à partir du dossier fourni à la banque, qui doit donc être de qualité. Destinée à faciliter l'octroi de crédit, l'aide d'Oséo ne consiste pas à encourager les dossiers visiblement trop risqués.

 

Le soutien à l'innovation

siege
Le siège d'Oséo à Maisons-Alfort. © Oséo

Les PME et les entreprises de taille intermédiaire ont la possibilité de se faire aider par Oséo pour leur R&D. Ce soutien, loin d'être négligeable, peut se traduire soit par des avances remboursables à taux zéro (jusqu'à 10 millions d'euros), soit par des subventions (à partir de 50 000 euros).

Mais attention, l'organisme se montre sélectif dans le choix des innovations technologiques à encourager : celles-ci doivent apporter une véritable "rupture technologique". "Pour obtenir notre aide, les avancées doivent se montrer réellement innovantes, confirme Anne Guérin. Nous portons aussi attention à la crédibilité du management et aux capacités de R&D." Dernier critère important : l'entreprise doit se montrer capable de transformer ses découvertes en innovations qui trouveront leur place sur le marché. "Nous ne finançons pas la recherche fondamentale", insiste Anne Guérin. Si les services n'y ont pas accès, tous les secteurs innovants sont concernés : nouvelles technologies, sciences de la vie, industrie...

 

Le cofinancement bancaire

Le troisième moyen d'obtenir l'aide d'Oséo réside dans les prêts octroyés par l'organisme lui-même pour soutenir l'investissement. Là encore, la destination de ces emprunts peut être extrêmement variée : immobilier, création d'entreprise, lancement à l'export, besoin en fonds de roulement... Oséo propose aussi des "prêts mezzanine", sans garantie sur les actifs de l'entreprise. Mais attention : le prêt d'Oséo se fait toujours en parallèle d'un prêt bancaire, il ne le remplace pas mais le complète.

Dans ce cas, les entreprises doivent elles-mêmes solliciter Oséo. Les chargés d'affaires de la région se déplacent ensuite dans l'entreprise pour un rendez-vous d'une heure et demie environ. Ce sont ensuite les chargés d'affaires qui. "Pour maximiser les chances de bénéficier de ce dispositif, l'entrepreneur doit se montrer particulièrement transparent et fournir un maximum de pièces", insiste Anne Guérin. Contrairement à votre banquier, Oséo ne connait pas encore l'entreprise en détail : il faut donc se montrer pédagogique au moment de demander son aide.

Innovation / PME