Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Faire une étude de marché

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Pour se projeter dans le temps, il est nécessaire de décrypter le marché et la concurrence.
 
 
Dernière mise à jour : décembre 2016
 
Sans marché, pas de clients et donc pas d'entreprise. L'étude de marché est un passage obligé pour votre projet de création d'entreprise (au même titre que des formalités administratives telles que l'inscription au registre du commerce ou la raison sociale), et ce quelqu'en soit l'ampleur. Faire une étude de marché c'est identifier l'information dont vous avez besoin, la trouver, l'analyser et l'utiliser. Quelques pistes et conseils pour faire une étude de marché efficace. Ces conseils sont valables pour les grandes entreprises, mais également pour les Sarlles Sasles Eurl...

Annonces Google



Etudier un marché, c'est tout d'abord comprendre l'environnement dans lequel vous allez créer votre entreprise, identifier vos concurrents. Une démarche qui n'est pas toujours prise au sérieux. Ne pensez pas que parce que votre produit est tout à fait nouveau, vous n'avez pas de concurrents. C'est une erreur, car il est rare aujourd'hui de créer un besoin nouveau. Ainsi, trop de personnes créent des entreprises sans étude de marché préalable.

Un principe à retenir : si vous n'identifiez aucun concurrent qui fasse le même métier que vous, c'est que vous devez avoir des concurrents indirects, c'est-à-dire qui répondent aux mêmes besoins que votre offre, mais par des moyens différents. Dans ce cas, il faut être plus averti et imaginatif pour détecter cette concurrence. Pour citer un exemple concret, au petit déjeuner, le chocolat en poudre a pour concurrent des produits différents tels que le yaourt ou les céréales. Par ailleurs, il faut identifier les fournisseurs du marché et leurs habitudes, vos clients potentiels, ou encore la réglementation du secteur en question. Le document se veut d'abord être une étude théorique, qui est ensuite complétée par une étude de terrain pour vérification.

           Etude de marché : quelles sont les questions à se poser ?
 Que vais-je vendre et surtout à qui vais-je le vendre ?
 A quel besoin mon offre répond-elle ?
 Comment vais-je vendre ce produit ou ce service ?
 Quels sont mes concurrents directs et indirects ?
 Mon marché est-il local, régional ou international ?
Quelles sont les caractéristiques du processus d'achat de mon produit ?
 Où vais-je implanter mon entreprise ?
 ...

Mais récolter l'information n'est pas une mince affaire. Trouver une information fiable et à moindre coût reste un défi. Sur Internet par exemple, vous trouverez divers organismes mettant à votre disposition des chiffres et des analyses. L'accès à ces informations peut être payant, mais pas dans tous les cas.

Outre les données disponibles sur la toile, pour trouver une information particulière et sectorielle, consultez les syndicats professionnels, les observatoires économiques et les centres de documentation des CCI. Ces deux dernières sources sont davantage locales et en contact avec le terrain. Sachez quand même que leur richesse est inégale suivant les régions et dépend largement des moyens dont ils disposent.

Ne négligez pas non plus les sources d'informations qui sont à porté de mains, comme la presse ou même les sommaires d'études qui, par ailleurs, sont payantes. Et pour identifier vos concurrents, n'hésitez pas à consulter tout simplement les Pages Jaunes.

                   Quelques sources d'informations via Internet,
                             à titre indicatif et non exhaustif

L'Insee, l'Institut national de la statistique et des études économiques collecte, produit et diffuse des informations sur l'économie et la société française. Il fait partie du Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie (Minéfi).

Le site de la direction générale des entreprise (DGE) est également un serveur d'information et de communication édité par Bercy.

Xerfi offre des analyses et prévisions sectorielles concernant les marchés français et européens.
 
Un conseil : ne pas hésiter à se faire assister dans cette phase d'étude. Le créateur a souvent tendance à ne retenir que les points positifs de son étude et de son projet, et manque d'objectivité et d'exhaustivité. Et souvent il ne sait pas quoi faire de l'information qu'il a récoltée. Un regard extérieur et neutre vis-à vis du projet permet d'équilibrer le travail.
En revanche, si vous déléguez la réalisation de votre étude de marché, ne restez pas passif. A terme, l'étude de marché doit en effet vous permettre de positionner votre offre par rapport au marché, aux concurrents et aux clients, mais aussi de définir votre stratégie commerciale et les premières actions à lancer.

Propos recueillis auprès de Sylvie Fardin.
 
 
  Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Création d'entreprise
Fiches pratiques
 Le congé pour création d’entreprise Le brevet d’invention Devenir travailleur indépendant
 La micro-entreprise Les zones franches urbaines - territoires entrepreneurs Faire une étude de marché
 Protéger son idée Création d'entreprise : choisir le bon statut Création d'entreprise : contacter les banques
 Le bail commercial Création d’entreprise : valider son projet La SARL, le statut de la société à responsabilité limité
 L'EURL Création d’entreprise : qui dois-je rencontrer ? La SA : société anonyme
 Création d’entreprise : les charges à prévoir La SAS et la SASU Création d’entreprise : le financement
 La SNC Création d’entreprise : réaliser un business-plan La SCS : la société en commandite simple
 Travailleurs indépendants : comment déduire vos dépenses professionnelles La SCA : la société en commandite par actions La SCOP
 Que faire avec mon contrat de mariage ? La Société civile Installer son entreprise dans une pépinière
 Création d’entreprise : se faire connaître Créateur d'entreprise : doit-on démissionner ? L'Accre pour les chômeurs entrepreneurs
 Raison sociale Entreprise individuelle Numéro Siren
 Numéro Siret  La jeune entreprise innovante (JEI) Profession libérale : définition, statuts et impôts
 Le groupement d'intérêt économique (GIE) Le siège social Le conjoint collaborateur
 Le contrat de franchise Le contrat de concession Business angel
 Les royalties  Le microcrédit Les apports en société
 L'administrateur de société anonyme Auto-entrepreneur Le contrat de sous-traitance
 Inscription au registre des métiers Inscription au registre du commerce Associé de SARL majoritaire et minoritaire
 Selarl, Selafa, Selas et Selca : les sociétés d’exercice libéral Déclaration de revenus pour auto-entrepreneur TVA pour auto-entrepreneur
 EARL : l'exploitation agricole à responsabilité limitée SARL de famille : les avantages du statut Bail 3 6 9 : le bail commercial classique
 Bail précaire : tout sur le bail commercial dérogatoire Associations de gestion agréée : à quoi servent-elles Déclaration RSI : les règles à respecter dans sa DSI
 Demander une attestation RSI Le régime micro-Bic Le régime micro-BNC
 Prêt professionnel : comment l'obtenir ARCE : l'aide de Pôle emploi aux entrepreneurs Domiciliation d'entreprise : comment procéder
 EIRL : les avantages du statut Etudiant entrepreneur : un nouveau statut Obtenir une aide à la création d'entreprise
 Cape : le contrat d'appui au projet d'entreprise Commerce ambulant : les règles à connaître Devenir prestataire de services
 Formulaire M0 : déclaration de constitution d'une SARL Formulaire M2 : déclaration de modification d'une entreprise La gérance d'un commerce
 Les professions réglementées  Ouvrir une franchise Quel secteur d'activité pour votre entreprise ?
 RCS : le registre du commerce et des sociétés SARL unipersonnelle SCM : la société civile de moyens
Lettres types
 Modèle de facture