Partager cet article

RSS
Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Liquidation judiciaire

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Lorsque l’entreprise est en cessation de paiements et qu’aucune possibilité de redressement de l’activité n’est envisageable, la liquidation judiciaire est inévitable.
 
 
Dernière mise à jour : juillet 2014
 
Comment se retrouve-t-on en liquidation judiciaire ?
La liquidation judiciaire survient sur décision d'un tribunal. Elle est déclenchée lorsque l’entreprise est en cessation de paiements (l’entreprise ne peut plus faire face à ses dettes) et se retrouve dans l’impossibilité de se redresser.

Quelle(s) procédure(s) pour la liquidation judiciaire ?
La demande d’ouverture d’une liquidation judiciaire peut être ouverte par le débiteur lui-même. Cela est possible au plus tard 45 jours après la cessation de paiements et lorsqu’aucune procédure de conciliation n’a été engagée. La demande peut également être menée par une saisie d’office du tribunal ou une saisie du tribunal sur requête du ministère public. Enfin, une assignation du débiteur par un ou plusieurs de ses créanciers est aussi possible.
Le tribunal de commerce est compétent pour ce type de procédure lorsque le débiteur est commerçant ou immatriculé au répertoire des métiers. Dans les autres cas, le tribunal de grande instance est désigné.



Liquidation judiciaire : quel est le rôle de la justice ?
Le tribunal compétent nomme un liquidateur chargé de mettre en œuvre la liquidation judiciaire de l’entreprise. Le liquidateur exerce alors les droits et actions du débiteur dessaisi de l’administration de l’entreprise et de la disposition de ses biens. Il procède ainsi à la vente des biens (de gré à gré ou par enchères publiques), aux procédures de licenciements des salariés et veille au respect des règles en vigueur.

Quelles conséquences a une liquidation judiciaire pour l'entreprise ?
Pour une entreprise individuelle comme pour une société, un liquidateur est chargé de vendre tous les biens de l’entreprise pour payer les créanciers. Le montant des actifs (ce que possède l'entreprise) sert à payer le passif (ce que doit l'entreprise). Seul le statut d'entreprise individuelle peut entraîner une saisie de biens personnels.

Et pour les salariés ?
Les salariés de l’entreprise en liquidation judiciaire sont soumis aux règles du licenciement économique. En cas de cession de l’entreprise, les conditions de sauvegarde des emplois sont l’un des principaux critères considérés par le législateur.

Et pour les créanciers ?
Le liquidateur répartit le produit des ventes des biens saisis et règle le paiement aux différents créanciers.

Et après la liquidation judiciaire ?
La clôture de la procédure de liquidation judiciaire est possible lorsqu’il n’existe plus de passif exigible, que le liquidateur détient des sommes suffisantes pour désintéresser les créanciers ou que l’insuffisance de l’actif rend impossible la poursuite de l’opération. Une cession globale ou partielle de l’entreprise est également possible, lorsque des offres de reprise sont formulées et acceptées par le tribunal en considérant la sauvegarde des emplois et les garanties d’exécution.
Fabien Renou
 
 
Coordonné par Fabien Renou    Envoyer à un ami | Imprimer  
 
 
 
 

Vie de l'entreprise
Fiches pratiques
 Le transfert d’un siège social Procédure de sauvegarde Cotisations des professions libérales en 2014
 Lettre recommandée électronique Réduction Fillon Cotisations apprentis
 Bonus-malus apprentissage Forfait social Pénalités égalité homme-femme
 Taxe d'apprentissage CVAE : la cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises Liquidation judiciaire
 Redressement judiciaire Dépôt de bilan Holding
 Le fonds de commerce Le pas-de-porte Le versement transport
 La C3S : la contribution sociale de solidarité sur les sociétés La Cotisation foncière des entreprises (CFE) La taxe sur les salaires
 La Contribution économique territoriale (CET) La Déclaration préalable à l'embauche (DPAE, ex-DUE) Le bilan social de l'entreprise
 Cessation de paiements La filiale Abus de biens sociaux
 Administrateur judiciaire Agent commercial Assemblée générale extraordinaire
 Crédit d’impôt recherche (CIR) Le document unique La convention d'occupation précaire
 Les livres comptables obligatoires Assemblée générale ordinaire ou annuelle Chèque impayé : comment réagir ?
 Le rescrit social Seniors : accord et plan d’action Tribunal de commerce
 L’affichage obligatoire en entreprise  Le pacte d’actionnaires Le pacte d’associés
 La TVA intracommunautaire DAS2, le formulaire de déclaration des honoraires La parité au conseil d’administration
 Liasse fiscale Déclaration de TVA L’amortissement dégressif
 TVTS : le barème 2013 et 2014 de la Taxe sur les véhicules de tourisme et société DADS 2014 : la déclaration annuelle de données sociales CSG déductible
 Taux de la CSG et de la CRDS  Le taux de TVA en 2014 DSN : bien remplir la déclaration sociale nominative
 Charte informatique : que contient-elle ? Code de déontologie : quelles obligations pour les professionnels ? Cotisations Agirc Arrco : les taux 2013, 2014 et 2015
 DUCS : la déclaration unifiée de cotisations sociales Registre unique du personnel : une obligation pour l'employeur Entreprise d'insertion : l'EI et l'ETTI
 FNAL : les taux de la cotisation en 2014 Interdiction de fumer au travail : les obligations de l'employeur La location-gérance : les enjeux de ce contrat
 Le droit au bail dans la cession du fonds de commerce L'entreprise adaptée : une structure pour les salariés handicapés Le recours gracieux : régler son litige avec l'administration
 Charges patronales en 2014 : les taux, les assiettes... Charges salariales : les taux, les assiettes... Cotisation retraite : le barème 2014
Lettres types
 Convocation à l’assemblée générale annuelle Délégation de pouvoir Inviter un client à un salon
 Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (PPSP) un exemple gratuit Réserver un espace dans un salon Fiche individuelle de pénibilité
 




RUBRIQUES

Tous nos articles

A VOIR EGALEMENT