Rechercher un thème :
Emploi >   
Toute l'encyclo pratique

Indemnités journalières (IJ)

Fiche pratique
DONNEZ VOTRE AVIS
Pendant un arrêt maladie, le salarié bénéficie d'indemnités journalières (IJ) qui dépendent de sa rémunération.
 
 
Dernière mise à jour : décembre 2016
 
Définition des indemnités journalières
Suite à un arrêt maladie, un accident du travail, une maladie professionnelle ou encore suite à une maternité, un salarié peut recevoir des indemnités journalières. Leur objectif est de remplacer une part, voire la totalité du salaire. Elles sont versées après le respect du délai de carence.

Indemnités journalières en cas de maladie
Un arrêt de travail suite à une maladie donne lieu à des indemnités journalières. Dans ce cas, la CPAM verse un maximum de 360 jours par période de 3 ans (la durée est augmentée si la maladie est reconnue comme une maladie de longue durée). Cette indemnité est cumulable avec les indemnités de congés payés et sous certaines conditions avec une pension d’invalidité ou une pension de vieillesse.

Indemnités journalières en cas de maternité
Toutes les mères ont droit de prendre un congé maternité à la suite d’un accouchement. Evidemment, elles touchent dans ce cas une indemnité journalière tous les 14 jours. Attention, pour toucher ces indemnités, il y a trois conditions à respecter :
- Posséder un numéro de sécurité sociale 
- Ne pas exercer son activité professionnelle au minimum durant 8 semaines
- Avoir travaillé au moins 150 heures avant le début de la grossesse. Une exception existe si la mère a cotisé un salaire supérieur ou égal à 9815,05 euros sur 6 mois.

Indemnités journalières en cas d'accident du travail
Un salarié victime d’un accident du travail bénéficie également d'indemnités journalières. Dans ce cas, le jour où survient l’accident est intégralement payé par l’employeur. Pour toucher des indemnités journalières suite à un accident du travail, il faut respecter les conditions suivantes :

-          Ne pas s'inscrire dans le cadre du travail à domicile, ne pas avoir un contrat de travail de statut travailleur saisonnier ou intermittent du spectacle.

       Avoir une ancienneté d'au moins une année

-          Envoyer un certificat médical à l’employeur dans les 48 heures suivant l’obtention de celui-ci

-          Etre soigné en France ou dans un établissement situé dans l’Espace économique européen


Conditions pour percevoir les indemnités journalières
Pour pouvoir toucher les indemnités journalières (IJ) pendant un arrêt maladie, un salarié doit :
- soit avoir travaillé au moins 150 heures au cours des 3 derniers mois (avant 2014, le plafond était de 200 heures).
- soit avoir perçu, au cours des 6 mois précédents un salaire au moins égal à 1 015 fois le montant du Smic horaire, que le salarié soit resté dans la même entreprise ou non.
Cependant, si l'arrêt maladie va au-delà de 6 mois, les conditions se durcissent. Le salarié doit alors être immatriculé depuis un an à l'Assurance maladie au moment de l'arrêt maladie et :
- soit avoir travaillé au moins 800 heures au cours des 12 derniers mois dont 200 heures au cours des 3 premiers des 12 mois précédents.

Annonces Google



Durée de l'indemnisation
Les indemnités journalières commencent à être versées après un délai de carence de 3 jours. Elles sont perçues pendant 360 jours maximum étalés sur 3 ans, sauf en cas d'affection longue durée (ALD) où elles sont versées pendant 3 ans, éventuellement renouvelables.

Calcul du salaire de base
Les indemnités journalières (IJ) versées à un salarié en arrêt maladie sont calculées à partir de son salaire journalier de base.
Pour calculer le salaire journalier de base, il faut additionner les trois derniers salaires mensuels bruts et diviser le total par 91,25.
Exemple. Pour un salaire mensuel de 2 000 euros brut, le salaire journalier brut est égal à : (2000 x 3) / 91,25, soit 65,75 euros.
Plafonnement. Lorsque le salaire mensuel brut dépasse 1,8 fois le Smic mensuel, la base de calcul du salaire journalier de base se limite à ce plafond. Ce montant s'établit à 2 601,69 euros en 2014. Avant 2012, le plafond s'établissait au niveau du plafond de la Sécurité sociale.
Le calcul devient alors : (1,8 Smic x 3) / 91,25. En 2014, le salaire journalier de base ne peut donc dépasser 85,53 euros.

Calcul des indemnités journalières
L'IJ est égale à 50% du salaire journalier de base.
Exemple. Pour un salaire de 2 000 euros brut, l'IJ est égale à 65,75x(50/100), soit 32,87 euros.
Plafonnement. Compte tenu du plafond de la sécurité sociale, l'IJ ne peut, en 2014, dépasser 42,77 euros. Une exception existe cependant : les salariés avec 3 enfants à charge ou plus voient leurs IJ passer de 50% à 66,66% du salaire journalier de base à partir du 31e jour d'arrêt maladie. L'IJ est alors plafonnée à 57,02 euros en 2011. Dans le cas de congé maternité, congé paternité ou congé d'adoption, les indemnités journalières sont plafonnées à 81,27 euros en 2014.

Les indemnités journalières sont-elles imposables ?
La réponse est affirmative. Qu’il s’agisse d’une maladie, d’un accident du travail ou encore d’une maternité, les indemnités journalières sont imposables. Il existe toutefois quelques exceptions dans les cas suivants qui sont exonérés :
- Indemnité journalière de maternité supplémentaire. Celle-ci est attribuée aux mères dans le métier comporte des tâches "incompatibles avec leur état".
- Indemnité journalière versée suite à une maladie "comportant un traitement prolongé et des soins particulièrement couteux". C’est par exemple le cas lors d’une chimiothérapie.
- Indemnité versée à des victimes de l’amiante



Fabien Renou
 
 
  Envoyer à un ami | Imprimer  
 

 
 
 

Vie professionnelle
Fiches pratiques
 Comment réussir son entretien annuel ? Comment faire un CV et le rendre attractif ? Comment faire une lettre de motivation convaincante ?
 Reprendre une activité professionnelle Pénibilité retraite Revalorisation retraite 2015
 Visite médicale de reprise Point retraite : la valeur du point Agirc et du point Arrco en 2016 Retraite anticipée
 Droit de retrait Maladie professionnelle : définition, reconnaissance, indemnisation Délai de carence ou jour de carence
 L'arrêt maladie : définition, salaire, durée  Indemnités journalières (IJ) Lettre de mise en retraite
 Le mi-temps thérapeutique Le contrôle de l'arrêt maladie L'inaptitude au travail
 La visite médicale du travail La mutation professionnelle L'ancienneté
 La retraite complémentaire  Le régime social des indépendants (RSI) Ecrire une lettre en anglais
 Rédiger un CV en anglais Le secret professionnel Le travailleur handicapé : obligations des employeurs et droits des salariés
 Cumul emploi retraite : être salarié et retraité L'astreinte au travail : définition et rémunération L’alcool au travail
 Cotorep, CDAPH et emploi des handicapés  Arrêt de travail : la procédure à suivre Retraite carrière longue
 Retraite progressive Expatriation : travailler à l'étranger Départ en retraite : comment se passe-t-il ?
 Période de professionnalisation : qui est concerné ? Accident de trajet : se faire indemniser Acoss : le barème en 2016
 Autorisation de travail : comment la demander ? Certificat médical : justifier son arrêt maladie Temps de travail : comment le calculer
 Temps partiel thérapeutique : la reprise après un arrêt maladie Temps de trajet et temps de travail Embauche : toutes les formalités
 Harcèlement au travail : que faire ? Invalidité : montant de la pension L'annualisation du temps de travail
 L'annualisation du temps de travail  Le ticket modérateur : quelle prise en charge de la mutuelle en 2015 ? Le repos hebdomadaire : un jour pour le salarié
 Pénibilité au travail : quelles particularités  Visite médicale d'embauche : une obligation Quel salaire pour un apprenti ?
 Compte pénibilité : qui y a droit ? Rente pour accident du travail en cas d'incapacité permanente Frais de déplacement : que peut-on se faire rembourser ?
 Compte pénibilité : le mode d'emploi Combien de trimestres pour une retraite Minimum contributif 2016 : montants et calcul et montant
 Bénéficier de la portabilité de la prévoyance Bien remplir sa déclaration 2483 Demander sa retraite
 Le recrutement dans la fonction publique Modulation du temps de travail : définition et règlementation Mutuelle obligatoire en entreprise : toutes les règles
 Obtenir un relevé de carrière pour sa retraite Aide humanitaire : partir en mission Bénéficier d'une aide au déménagement
 Déclaration de grossesse : la marche à suivre Internet au travail : ce qu'il faut savoir La fonction publique : comment l'intégrer
 La lettre de voiture (CMR) La retenue sur salaire La retraite des fonctionnaires
 La zone touristique internationale (ZTI) Le calcul des IJSS Le Code du travail et les droits des salariés
 Le contrat CIE starter au service des entreprises L'égalité homme-femme au travail Le maintien de salaire
 Le plan personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE) Le processus de recrutement Le régime agricole
 Le relevé de situation individuelle (RSI) Les titres professionnels Rédiger un CV : les règles à suivre
 Retraite chapeau Retraite et RSI Tableau des maladies professionnelles
 TMS : les troubles musculo-squelettiques Travail en hauteur 
Lettres types
 Grille évaluation du commercial Grille évaluation de la motivation Grille évaluation du leadership
 Grille évaluation des compétences managériales Grille évaluation de la personnalité Grille entretien évaluation
 Grille évaluation de l’intégration Grille évaluation de l'intelligence émotionnelle Grille évaluation post entretien recrutement
 Grille évaluation générale Grille évaluation du self leadership Demande de stage : un modèle de lettre de motivation
 Lettre de candidature spontanée  Refuser une candidature CV : un exemple de modèle gratuit
 Modèle de lettre de voiture